Archives du mot-clé bienveillance

Ce que j’aime le plus chez moi #10 du mois

J’étais allée voir fin avril le thème du mois de mai… Et voilà que nous sommes déjà le 10 sans que je n’ai rien écrit.. Pourtant ça a carburé dans ma caboche pour essayer de comprendre cette phrase :

« ce que j’aime le plus chez moi »

Mon premier réflexe, celui de toute une vie, a été de dire : « rien ». Oui, vraiment. Je pourrai disserter sur mon enfance, mon éducation, etc… Mais je ne suis pas certaine que ce soit si intéressant que ça.. Et en fait, je pense qu’on est nombreuses dans ce cas à vouloir ou pouvoir le dire, à différents degrés.. Là, je pourrai placer un petit paragraphe sur la société qui opprime les femmes, leur imposant un certain standing, une pression qui ne dit pas son nom.. etc..

Bon.. « ce que j’aime le plus chez moi »..

J’aime la famille que j’ai créée.. j’aime le regard de mon mari sur moi.. j’aime nos enfants.. j’aime notre maison.. j’aime la maturité acquise avec l’âge.. Est ce que je peux dire aujourd’hui : « ce que j’aime chez moi, c’est moi ».. ? Pas encore. En ce moment, je suis plutôt dans un sas.. une sorte de sas de décompression.. Dedans, on s’y adoucit, on y expérimente la bienveillance envers soi-même.. Avant, j’aurai dit : j’ai ce garde-fou qui me préserve de tout excès, d’un égocentrisme exacerbé… Maintenant, je comprends qu’il m’empêchait avant tout d’être satisfaite de moi et de tout ce que je pouvais accomplir..

« ce que j’aime le plus chez moi »…

Faire une liste de mes qualités ? Rien que le mot me fait tiquer, la définition du Larousse encore plus: « manière d’être (…) qui correspond à ce qu’on en attend (…) que l’on juge positivement (..) titre au nom duquel on agit (…) qui répond à la question de savoir si la manière d’être d’un sujet peut être affirmée comme existante ou non (…) »

Je crois qu’on peut toutes et tous dire que le drame de notre vie a longtemps été d’essayer de correspondre à ce que l’on attendait de nous sans jamais vraiment y arriver… Et je crois aussi qu’on a toutes et tous cherché à un moment donné de s’en affranchir, avec plus ou moins de réussite. C’est probablement un sujet qui est aussi vieux que le monde… Donc mes qualités sont celles que les autres m’attribuent, mais je ne les déterminerai pas moi-même car trop réducteur, un petit peu trop CV… Je ne serai pas à la hauteur de vos attentes, je le sens.

Voila pourquoi, sans doute, je pense en premier lieu et par défaut à tout ce que je ne suis pas et ne serai jamais. A toutes mes failles, à tout ce que je ne sais pas ou cru savoir.. A tous mes gadins, mes bosses et mes bleus… A mes excès et mes manques.. A mes larmes et mes cris.. A ceux qui me sont restés en travers de la gorge.. A mes choix, plus souvent les mauvais que les bons.. Aux gens que j’ai déçu ou qui m’ont déçue et à ceux que j’ai laissé derrière.. Tout ce qui m’empêche de dormir et ce qui me réveille trop tôt..

Ce que j’aime le plus chez moi, c’est ça.. C’est la vie dans toute son imperfection…

Les failles… Les accepter plutôt que les repousser.. Ce n’est pas s’y adonner sans complexe. C’est sans doute plutôt se donner les moyens de les dépasser.. Chercher à s’améliorer, non pour être parfaite aux yeux des autres mais aux nôtres, selon nos valeurs, nos attentes propres..

L’orage qui gronde annoncera toujours le beau temps.. C’est une certitude.. L’un ne va pas sans l’autre.. Alors, apprenons à danser sous la pluie puisqu’il lui arrive de tomber… Et plantons nous de temps en temps, nous pousserons mieux..

A nos actes manqués – Fredericks, Goldman & Jones

Tuer la Mère

Il te faudra tuer la Mère. Celle que tu as eu.. Celle que tu aurais aimé avoir.. Celle que tu pensais être.. Celle que tu ne seras pas.. Il te faudra La tuer ou Elle le fera.. Les regrets, les remords, la colère vont grignoter le peu d’énergie que tu auras… Et les pleurs t’achèveront. Tu dois accepter ce que tu es, ce que tu fais. Et décider de quel côté tu iras maintenant.

Dans la réalité, rien ne se passe jamais comme on le pensait… Calculer nos faits et gestes pour que tout aille dans le bon sens.. ça ne marche pas.  Le passé peut prendre trop de place, le présent ne pas être satisfaisant et le futur trop embrumé.. On ne sait pas, on ne sait plus.. Ce qu’on doit faire.. Ce qui est important.. Ce qui ne l’est pas. On a toujours eu une certaine idée de ce qu’on est, ce qu’on sera ou de ce qu’on ne veut pas être.. Et un jour, une espèce de vague géante nous submerge. Un petit être arrive et tout est remis en question.

“Avant, j’avais des principes, maintenant, je suis parent” “Avant, j’avais des certitudes.. Avant, je pensais que je serai LA meilleure.” Heureusement… Il y a le pilote automatique.. Celui que la société nous offre, bien pratique, bien utile… Et puis, un jour, il est en panne… Et à nouveau, on est dans le flou.

Tous les parents n’ont pas cette problématique.. Tous les parents ne cherchent pas à se libérer du passé pour pouvoir évoluer. Mais il y en a sur qui ça tombe.. Comme ça.. Sans crier gare.. Ils se retrouvent avec un bagage bien lourd à porter, si lourd qu’être parent soi-même devient un fardeau. Un fardeau que l’on se retrouve à porter seul. Parce qu’il faut repartir travailler… Il faut bien gagner de l’argent pour pouvoir survivre.. Parce que la famille est loin.. Si proche pour imposer sa manière de faire, de voir.. Mais si éloignée pour soutenir. Parce que les amis n’auront pas eu la même expérience, ou pas le temps, ou ne seront que des copains.. Parce qu’il y aura toujours un professionnel, de santé ou de l’enfance, pour apposer une étiquette sur ce qui se passe. Seul parce qu’il y aura toujours quelqu’un pour juger. Mais personne pour écouter. Seul parce que la culpabilité isole; parce que la tristesse dévaste et la colère détruit.

Non, tu n’es pas le parent que tu pensais devenir. Et il est temps d’en faire le deuil.  Cesses de courir après un idéal qui n’est pas le tien.. simplement parce qu’il n’est fait pas “sur-mesure”… Il ne tient pas compte de… Toi. Tu peux lire des livres, aller à des conférences, participer à des formations… C’est bien de s’informer, c’est toujours bien de savoir. Ensuite tu pourras tout mélanger à ta sauce. Alors… Il y a un temps pour pleurer.. Et, en fin de compte, ce qui importe, c’est aujourd’hui et ce que tu vas en faire. Tu auras sans doute un peu plus d’efforts à fournir que d’autres.. et c’est ok. Fais ce que tu peux, avec ce que tu es. Libère toi petit à petit de tes croyances, de tes cauchemars, de tout ce qui ne te fait pas du bien. Privilégie le bon autour de toi.

Respire.

D’une manière ou d’une autre… ça va aller.