Archives pour la catégorie Novembre 2019

Lutte contre le harcèlement scolaire

Gabriel n’a pas 3 ans quand il entre en petite section de maternelle. Il y va parce que c’est l’année de ces 3 ans, il y va parce que ses parents pense qu’il est prêt: il s’exprime bien, il est très curieux, a envie de découvrir “l’école”, et il est propre. Gabriel a de la chance parce que son école n’est pas trop grande, il n’y a que 6 classes et sa maîtresse Béatrice a l’air gentille et très volontaire. Sa salle de classe est pleine de jouets et d’activités intéressantes mais la cour de récréation lui fait peur.. Il y a beaucoup d’enfants qui jouent, qui courent, qui crient… qui chahutent.. C’est nouveau pour Gabriel, enfant unique, et dont la nounou n’avait pas une vie sociale très développée..

Gabriel pleure souvent devant le portail parce que maman lui manque et qu’il ne sait pas quoi faire quand il est dehors, il ne connaît personne et ne sait pas jouer avec les autres enfants. Alors il reste avec la maîtresse dans la classe ou il suit Nathalie, son ATSEM, comme son ombre. Comme il est petit, on a conseillé à maman de le récupérer le midi et de le garder l’après-midi avec elle.. Mais maman, qui travaille et est enceinte, ne peut pas faire ça tous les jours et elle n’a personne à qui confier Gabriel. Même s’il ne va pas souvent à la garderie, les journées sont longues pour lui..

Et puis, avant les vacances de Noël, Gabriel se rapproche d’un petit garçon à l’air sérieux… Léo. Léo a 6 mois de plus que Gabriel et il est plus sûr de lui. Ils finissent l’année scolaire en devenant les meilleurs amis du monde.. L’un et l’autre s’amusent en tout et pour tout, si bien qu’ils sont souvent tous les deux pris à faire des bêtises… Béatrice, la maîtresse, préconise de les séparer à la rentrée prochaine afin d’éviter une sorte d’amitié exclusive qui les desservirait..

Septembre revient et les 2 garçons entrent en moyenne section mais chacun dans sa classe. Contrairement à d’autres parents, ceux de Gabriel, confiants, n’ont pas insisté auprès de la directrice pour que leur enfant soit avec ses amis de l’année passée. C’est ainsi que Gabriel se retrouve à nouveau avec des enfants qu’il ne connaît pas et avec une nouvelle maîtresse, un peu moins gentille que Béatrice. Léo, lui, est avec la quasi totalité de leur ancienne classe et avec une maîtresse souvent en arrêt maladie..

Très vite, et sans que personne ne puisse le remarquer, Gabriel est mis de côté dans la cour de récréation par les copains de l’année passée.. et ne connaissant pas ceux de sa nouvelle classe, qui se voyaient avant, il n’arrive pas à s’y intégrer… A moins de 4 ans, il est difficile de comprendre et d’accepter pourquoi des enfants ne voudraient plus jouer avec lui.. ou ne seraient tout simplement pas d’accord pour partager un jeu.. Gabriel a du mal à trouver sa place où qu’il soit.. dans sa classe avec cette maîtresse, si prompte à juger ses dessins, si vite agacée et impatiente quand il ne va pas assez vite.. Et dans la cour de récréation, Léo commence à se détourner de lui; pire, il lui interdit de jouer avec lui et les autres copains.. Il est mal à l’aise et, souvent, quand on le gronde, il rit, gigote, regarde ailleurs.. Gabriel ne sait plus où est sa place.. Il a l’impression de faire tout mal, tout le temps. Il se fait gronder souvent pour des broutilles mais qui à la longue sont trop répétitives.. Son attitude avec les autres enfants est parfois problématique et on doit souvent le reprendre. Léo accuse Gabriel de l’avoir bousculé, et presque de l’avoir tapé. Une maman lui reproche d’avoir déchiré la capuche d’un manteau…

A la maison, maman et papa ne comprennent pas bien ce qu’il se passe, d’autant que rien n’est facile pour eux non plus.. Mais quand la maîtresse les accuse de trop protéger leur enfant et de lui passer trop de choses, ils voient rouge tous les deux! Ils défendent leur famille et comprennent qu’il n’y a pas de dialogue possible avec cette femme.

Un soir, papa vient chercher Gabriel à l’école et en sortant, Léo les poursuit en criant: “Gabriel est méchant! Gabriel est nul! Gabriel est un bébé!” Papa se retourne face à Léo qui s’enfuit en courant, cherche des yeux la maman qui est au loin et n’a pas remarqué le manège de son fils. Papa s’agenouille devant Gabriel et lui dit: “Gabriel, c’est faux. Tu es un super petit garçon! et je t’aimerai toujours quoiqu’il arrive”.  Plus tard, en parlant avec Gabriel, les parents apprennent que tous les jours, Léo le poursuit dans la cour de récréation et l’empêche de jouer avec les autres enfants en lui hurlant dessus… Ce qui passe pour le jeu du chat et de la souris aux yeux des surveillants est en fait une interdiction systématique de la part de son ancien ami de s’approcher des autres. Parfois, Léo n’est pas seul et Gabriel est poursuivi par quelques enfants qui le montrent du doigt et le malmènent. Alors, au bout d’un moment, Gabriel, débordé par ses émotions, se met en colère et se défend comme il peut. Évidemment, il est attrapé par les adultes, grondé, et puni.. et catalogué comme… Violent.

L’équipe enseignante et encadrante a peu écouté papa et maman quand ils ont tenté de sonner l’alarme. Ils sont passés pour des parents trop protecteurs, trop à l’écoute.. et personne n’avait envie de comprendre ce qui se passait, et insister revenait à apposer une étiquette de harcèlement scolaire sur cette maternelle “familiale”. Alors les parents se sont trouvés bien démunis et sans savoir comment aider leur fils. Personne pour les conseiller. Enfin de compte, la Vie leur a donné un petit coup de pouce puisque les parents de Léo, mutés, sont partis en cour d’année et Gabriel, avec l’aide de la psy de la PMI, a pu finir l’année plus sereinement et se faire enfin des nouveaux amis en s’intégrant dans sa classe et en allant plus souvent au centre aéré.

Plus tard, la famille a décidé de quitter la ville. La nouvelle école de Gabriel est à l’opposé de l’ancienne.. Sa nouvelle maîtresse est impliquée et à l’écoute des enfants. Pour Gabriel, c’est le jour et la nuit..  A presque 5 ans, il se rend compte que ce qui était son quotidien ailleurs, ne devrait pas être une normalité.. Quelque part, il cherche à comprendre les réactions de ceux qu’il a en face de lui et c’est encore un grand mystère parfois pour lui…

Le harcèlement scolaire peut commencer à n’importe quel âge et toucher n’importe qui. C’est une situation complexe qu’il vaut mieux chercher à comprendre avant de montrer du doigt un coupable idéal. Les équipes enseignantes et encadrantes devraient être formées spécifiquement. Et tous les parents devraient être accompagnés pour mieux aider leurs enfants, harcelés ou harceleurs…

(La tendance de dénoncer sur les réseaux sociaux, c’est un peu faire justice soi-même.. Ce n’est pas une solution mais sans doute la seule sonnette d’alarme que trouvent certains parents pour que cela cesse.. Et si, on leur proposait une solution un peu moins extrême?)

Tuer la Mère

Il te faudra tuer la Mère. Celle que tu as eu.. Celle que tu aurais aimé avoir.. Celle que tu pensais être.. Celle que tu ne seras pas.. Il te faudra La tuer ou Elle le fera.. Les regrets, les remords, la colère vont grignoter le peu d’énergie que tu auras… Et les pleurs t’achèveront. Tu dois accepter ce que tu es, ce que tu fais. Et décider de quel côté tu iras maintenant.

Dans la réalité, rien ne se passe jamais comme on le pensait… Calculer nos faits et gestes pour que tout aille dans le bon sens.. ça ne marche pas.  Le passé peut prendre trop de place, le présent ne pas être satisfaisant et le futur trop embrumé.. On ne sait pas, on ne sait plus.. Ce qu’on doit faire.. Ce qui est important.. Ce qui ne l’est pas. On a toujours eu une certaine idée de ce qu’on est, ce qu’on sera ou de ce qu’on ne veut pas être.. Et un jour, une espèce de vague géante nous submerge. Un petit être arrive et tout est remis en question.

“Avant, j’avais des principes, maintenant, je suis parent” “Avant, j’avais des certitudes.. Avant, je pensais que je serai LA meilleure.” Heureusement… Il y a le pilote automatique.. Celui que la société nous offre, bien pratique, bien utile… Et puis, un jour, il est en panne… Et à nouveau, on est dans le flou.

Tous les parents n’ont pas cette problématique.. Tous les parents ne cherchent pas à se libérer du passé pour pouvoir évoluer. Mais il y en a sur qui ça tombe.. Comme ça.. Sans crier gare.. Ils se retrouvent avec un bagage bien lourd à porter, si lourd qu’être parent soi-même devient un fardeau. Un fardeau que l’on se retrouve à porter seul. Parce qu’il faut repartir travailler… Il faut bien gagner de l’argent pour pouvoir survivre.. Parce que la famille est loin.. Si proche pour imposer sa manière de faire, de voir.. Mais si éloignée pour soutenir. Parce que les amis n’auront pas eu la même expérience, ou pas le temps, ou ne seront que des copains.. Parce qu’il y aura toujours un professionnel, de santé ou de l’enfance, pour apposer une étiquette sur ce qui se passe. Seul parce qu’il y aura toujours quelqu’un pour juger. Mais personne pour écouter. Seul parce que la culpabilité isole; parce que la tristesse dévaste et la colère détruit.

Non, tu n’es pas le parent que tu pensais devenir. Et il est temps d’en faire le deuil.  Cesses de courir après un idéal qui n’est pas le tien.. simplement parce qu’il n’est fait pas “sur-mesure”… Il ne tient pas compte de… Toi. Tu peux lire des livres, aller à des conférences, participer à des formations… C’est bien de s’informer, c’est toujours bien de savoir. Ensuite tu pourras tout mélanger à ta sauce. Alors… Il y a un temps pour pleurer.. Et, en fin de compte, ce qui importe, c’est aujourd’hui et ce que tu vas en faire. Tu auras sans doute un peu plus d’efforts à fournir que d’autres.. et c’est ok. Fais ce que tu peux, avec ce que tu es. Libère toi petit à petit de tes croyances, de tes cauchemars, de tout ce qui ne te fait pas du bien. Privilégie le bon autour de toi.

Respire.

D’une manière ou d’une autre… ça va aller.

Les droits à l’Assurance-Chômage ont évolué!

Qui n’a pas rêvé un jour de pouvoir démissionner de son job sans avoir à se préoccuper du futur? Il y a forcément eu un moment où cela a fusé dans votre tête! Ne serait-ce que 5 secondes.. “Marre de ces gros … nazes..! Allez tous vous … faire … cuire un oeuf..!!!” Se lever, aller chercher ses affaires, se diriger vers la porte et.. “Ciao la compagnie, Salut l’ANPE!” Avant, on ne pouvait pas… Mais aujourd’hui

Si ça fait 5 ans que vous êtes dans la même entreprise, si vous avez un projet de reconversion ou de création/reprise d’entreprise, si vous avez fait une demande de CEP (Conseil en évolution professionnelle), si vous avez adressé à une commission paritaire une demande d’attestation du “caractère réel et sérieux” de votre projet… Si dans les 6 mois, vous avez déposé une demande d’allocation à Pole Emploi qui contrôlera la mise en œuvre réelle du projet… Bah.. Non.. En fait.. Vous le ferez quand même pas.. Plus dissuasif tu meurs, surtout quand on sait la lenteur (et les erreurs) des administrations concernées… Apparemment, le but est d’éviter les départs sur un coup de tête.. C’est réussi.. émoji 👊, émoji 👍; hashtag #tulasdanslecullulu

Alors, bon.. C’est vrai.. à l’origine, c’est à dire telle qu’on la connaît à peu près, l’assurance-chômage, née en 1958, a été créée pour indemniser une personne ayant perdu son salaire… Pas sous le tapis, hein.. Perdu, perdu.. Perdu genre licencié ( hashtag #onveutplusdetoi!dégage), viré quoi… Là où ça cloche un peu.. C’est dans le terme assurance… Et oui.. Parce que quand on cotise pour une assurance, on peut penser qu’en cas de coup dur, ladite assurance sera là et bien là.. Faites donc un tour sur  Wikipédia ou sur le site de l’UNEDIC…  Donc, les syndicats et les organisations d’employeurs, sympas, se sont réunis pour mettre en place cette “assurance” pour les salariés involontairement privés d’emploi, sous conditions: D’abord, il faut avoir travaillé un certain temps avant de toquer à la porte de Polo.. (ce point-là, il a évolué pas plus tard qu’hier), et puis, il faut rechercher activement du travail et pouvoir justifier de sa recherche (et pas juste traverser la rue ;-). Il faut ne pas être grabataire (vu que l’âge de la retraite est sans cesse repoussé), avoir été licencié ou avoir conclu une rupture conventionnelle, habiter en France… Entre autre..

Mais il y a cette idée bien ancrée dans la tête des gens qu’un chômeur profite d’un système bienveillant… sourd et aveugle qui accorderait ses largesses à n’importe qui.. Si c’était si simple, plus personne ne travaillerait… Un chômeur indemnisé n’a pas volé son allocation.. Il a travaillé, il a payé des impôts, alors il a cotisé.. Il n’a, à priori, pas choisi d’être sans-emploi… Bien sûr qu’il y a des abus.. En tout et pour tout, vous trouverez toujours une exception qui confirmera la règle.. Mais pourquoi en faire une généralité? Pourquoi choisir cette angle de vue? Parce que ça rime? Chômeur= profiteur?

Est ce qu’on pourrait envisager qu’une période de chômage n’est pas nécessairement l’éclate? Est-ce que ce serait trop demander de ne pas l’enfoncer et de l’aider à voir ça comme une chance de se réorienter ou de se spécialiser.. ? Ou juste de souffler et se retrouver?

Il faudrait peut-être voir le tableau dans son ensemble… Une vie professionnelle ne se résume plus en une route toute droite et bien tracée.. Il s’agit plutôt d’un chemin, chaotique parfois, mais enrichissant qui nécessite en alternance des pauses, des sprints mais surtout de l’endurance.. Si vous avez quelqu’un sur le bas côté qui, au lieu de vous encourager à gravir cette pente si ardue, vous explique qu’il vaut mieux abandonner alors que votre rêve c’est d’arriver tout là-haut.. Est ce qu’il n’y a pas comme un problème? En moins d’un siècle, le statut de la femme au sein du foyer, comme de la société, a énormément évolué.. La parentalité ne se vit plus de la même manière.. Tout cela ayant évidemment une incidence sur le couple. Le papa d’aujourd’hui a besoin de plus d’une dizaine de jours de congé pour découvrir et vivre sa paternité; la maman M+1 est partagée entre sa vie professionnelle qu’elle veut égale à l’homme et le déchirement de laisser son nouveau-né à des étrangers au bout d’à peine plus de 2 mois… Sans parler du congé parental qui signifie une grosse perte financière tout en permettant d’être (trop ?) présent pour son/ses enfant.s.

Quand on a 20 ans, on n’envisage pas le travail de la même manière que lorsqu’on vieillit, qu’on devient parents, ou quand les enfants ont grandi.. Notre disponibilité n’est pas la même, mais aussi nos besoins, notre envie, notre physique, notre curiosité (oui), notre engagement… tout cela évolue, fluctue au fil des saisons de notre Vie… Penser que l’on peut demander à une personne le même investissement tout au long de sa vie, et lui appliquer des stéréotypes liés à son sexe ou à son orientation sexuelle, sa couleur de peau, son lieu de vie, ou même à son âge, sa fécondité, sa ménopause… ce n’est pas vivre dans le réel. Réduire son expérience, son projet de vie à un tout petit rien, un détail.. Lui appliquer une sorte de recette miracle censée mener au Graal: l’embauche en CDI.. C’est faire du prêt à porter quand il faudrait du sur-mesure… Ce n’est pas humain, c’est rétrograde.

Voila.. Les droits à l’assurance chômage ont pris une nouvelle direction hier… Et ce n’est pas dit que vous les croisiez un jour..

Journées à l’Internationale

Doit-on y voir un hasard ou la main du Destin quand le jour férié de la Toussaint, la Journée Mondiale du Véganisme,puis celle du Droit à Mourir dans la Dignité et la Commémoration des Fidèles Défunts ont lieu sur 2 mêmes jours consécutifs?

Est ce que quelqu’un convaincu qu’il ne peut exploiter d’une quelconque manière un animal est un Saint? Ou sera un fidèle défunt lorsqu’il aura trépassé? Est ce qu’une personne qui aura souffert jusqu’au bout d’une terrible maladie peut être considéré.e comme un.e Saint.e ou bien un.e fidèle défunt.e? Est ce que les Saint.e.s et les fidèles défunt.e.s, de là où ils nous regardent, ripaillent de vin et de pain seulement ou ont agrémenté leur encas avec un saucisson label rouge et du camembert AOP? Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions!

Ou bien, n’y aurait-il pas plus de journées mondiales / internationales que de jours dans l’année…? Et ne parlons pas des saints célébrés chaque jour, car ils doivent souvent partager leur D-day avec un autre.. en plus de partager le 1er novembre.. Donc, en plus d’être trop nombreux sur Terre, nous avons trop de choses à fêter!

Enfin.. fêter.. On se comprend, hein… On parle plutôt de commémoration, de souvenirs, mais aussi de combats, d’informations, de droits! Il y avait un temps de recueillement, un temps où l’on pouvait faire une pause dans sa vie trépidante pour se remémorer des moments historiques ou ces personnes dont une haute instance religieuse avait jugé qu’elles avaient consacré leurs Vies à “l’exercice de la charité, l’accueil de la miséricorde et le don de la grâce divine”.  Depuis les années 50, l’ONU, l’OMS, l’UNESCO instaurent des journées mondiales ou internationales afin d’alerter les populations sur des causes souvent universelles, parfois dramatiques et d’autres bienheureuses. Des ONG et des associations peuvent également saisir cette occasion pour médiatiser des pratiques à encourager ou des problématiques à bannir. Et nous.. Nous pouvons décréter que demain sera la journée des chaussettes en pilou, ou de la crêpe confiture fraise-chocolat fondu. Tout en vérifiant quand même sur le net que quelqu’un n’aura pas eu la même idée que nous.. et en entraînant avec soi un maximum de “followers”!

Il semble que l’obsolescence programmée ne concerne pas que les machines, mais touche également des idées, des valeurs.. Les journées mondiales/internationales nous rappellent l’importance capitale de certains droits, de certains actes. Sommes nous devenus incapables de sourire ou d’être heureux pour que l’on invente une journée du bonheur et une autre du sourire? Est ce que la journée des gauchers ou des peuples autochtones les rendent plus visibles, moins opprimés?  C’est sans doute les avantages et les inconvénients du monde moderne, on peut communiquer sur tout et son contraire, tout en oubliant de vivre le plus important. Et si, la célébration de ces journées ne permettaient en fait que de vendre plus.. ? Et si, finalement, l’objet de nos attentions quotidiennes ne devenaient plus qu’un produit, que du marketing.. Un peu comme ces 14 février suintant le parfum de supermarché et les roses hors-saison? Il est certain que ces journées appellent au RESPECT.

Par exemple, le respect des animaux, dans la relation entretenue avec eux, mais aussi en bannissant toute exploitation animale et la cruauté qui peut parfois l’accompagner. Le respect pour toute personne souhaitant ne pas subir d’acharnement thérapeutique dans le but de lui faire vivre quelques instants de trop et donc, son droit à disposer de son corps et de sa vie. Le respect des croyances des uns et des autres, le respect des morts, qu’ils aient simplement vécu ou servi une noble cause…

Finalement, ces journées internationales/mondiales, c’est un peu comme l’application réveil de votre smartphone, vous avez l’impression que ça sonne toutes les 10 minutes, mais c’est seulement pour vous alerter! Cette petite musique insistante finira-t-elle par vous réveiller à l’heure?