Archives pour la catégorie Non classé

Les Autres

Depuis quelques temps déjà, les autres sont une souffrance pour vous.

Le cocon familial (amour, enfants) reste votre bulle mais la famille (à peine) plus élargie est source de nombreuses émotions contradictoires. Quant à l’extérieur.. Le plus grand rôle de votre vie est de réussir à sortir de chez vous et de faire « comme les autres ». Vous arrivez à préparer les enfants pour la journée, les emmener à l’école ou à la crèche, dire bonjour aux uns et aux autres, faire les courses, aller chez le médecin, à la pharmacie quand l’un d’entre eux est malade.. Vous savez parler à la petite voisine qui aime bien faire sa commère, ou saluer le facteur quand il dépose le courrier…

Une fois à la maison… Vous vous sentez mieux.. Vous vous sentez vous. Vous êtes en sécurité.

Et en même temps, la torture commence.

Il y a d’abord ce logiciel, dans votre tête, qui analyse, décortique tout ce qui s’est passé à l’extérieur et qui relève tout ce qui est suspect, tout ce qui aurait pu se passer, tout ce qui ne s’est pas passé, tout ce que vous auriez du faire, tout ce que vous avez fait, ou dit.. comment vous l’avez fait ou dit..

Ensuite, une application autonome vous explique comment, même en étant chez vous, les autres peuvent vous atteindre.. Via les réseaux sociaux (que vous ne vous résolvez pas à quitter), ou en vous appelant grâce au portable, ou par mail…

Et puis il y a ces tâches en arrière plan : la culpabilité de ne pas être efficace, la mise en place de listes pour « faire ce qu’il y a à faire » puisque vous êtes à la maison…

Tout cela est énergivore au possible.. Se blinder pour ne pas être pris.e de court à l’extérieur, faire le dos rond à la maison en cas de coup de massue inattendu…

Une fatigue indicible se fait alors sentir.. Elle est là en permanence pendant que votre cerveau s’efforce d’ériger puis de tenir une barrière contre.. contre quoi ??

Contre vous-même en fait..

Souvent, vous allumez la tv.. La seule chose qui arrive à mettre en sourdine vos peurs et autres inquiétudes.. Avant vous lisiez.. Mais en dehors du fait que cela vous endorme maintenant au bout de 2 pages, vous aviez cette impression de décalage, vous n’habitiez plus votre vie.. Et l’atterrissage était trop pénible.

Ces derniers jours vous vous demandez si c’est vraiment vous ou s’il s’agit juste d’une conséquence de ce qui s’est passé ces dernières années… Vous n’avez pas l’impression qu’avant, vous étiez comme ça..

Une succession d’épreuves laisse des traces.. et même si l’on cherche, et qu’on réussit, à remonter la pente, il y a comme des empreintes qu’on regarde par dessus l’épaule..

Vous auriez voulu être une personne discrète, avoir l’intelligence des gens simples. Mais vous n’en avez pas le caractère ni la même histoire.. Chez vous, la discrétion est devenue de la transparence.. Vous vous sentez comme effacé.e de la vie des autres.. Pour diverses raisons..

La moins douloureuse reste la distance géographique.. Il y a des personnes que vous aimez beaucoup, qui peut-être vous aiment encore, connues il y a longtemps ou un peu moins.. Qui sont loin. Vous n’avez jamais été très talentueux.se dans les relations à distance..C’est compliqué de trouver le juste milieu entre le « parle-moi de toi et je te parlerai de moi », « donne moi ton avis et je te donnerai mon conseil ». Cela dit, de nos jours, les réseaux sociaux facilitent grandement la prise de contact !

Mais, et voila autre raison, vous n’avez rien à dire, ou pas grand chose. Les réseaux sociaux n’ont pas tant libéré votre parole ou vos avis que ça.. Vous n’avez pas de messages implicites à faire passer à qui que ce soit. Vous vivez votre vie en direct-live avec vous-même et cela vous semble bien suffisant. Enfin, vous ne partez pas du principe que l’on peut prendre des nouvelles de ceux qu’on aime en 280 caractères ou en postant quelques émoticônes.

Quoiqu’on en dise, aujourd’hui, les réseaux permettent cette sorte d’impunité qui attire ceux qui ont toujours quelque chose à dire.. à critiquer..

S’ajoutent à cela une santé fragilisée, des événements difficiles, des finances en berne empêchant sorties, voyages et visites..

Vous ne faites pas envie.. Clairement.

Le temps passe, vous existez en pointillés et pour peu que vous refusiez de préciser votre âge, même FB ne vous souhaite plus votre anniversaire, encore moins ceux de vos enfants.

Alors, toujours cette distance avec les autres..

Vous n’arrivez déjà plus à leur téléphoner.. Vous mettez des heures à écrire un simple texto ou à démarrer un mail. Écouter votre répondeur est au-dessus de vos forces..

C’est comme si la voix des autres était trop intrusive et leurs réactions imprévisibles, menaçantes. Comme si votre bulle pouvait éclater au simple contact de l’autre.

Vous avez voulu cet oubli, cet éloignement, qui vous blesse et vous isole.

Et pourtant..

Souvenez vous quand vous dansiez sous pluie, comme la vie était légère…

Apprenez que tout n’est pas combat, le temps guérit les blessures.

Ouvrez vos bras,

Vous vous relèverez..

Encore et toujours.

Don’t Panic – Coldplay

Cette fille-là

L’autre jour, en discutant avec mon mari, sur le sujet “ME TOO”, je me suis surprise à lui répondre: “ Tu sais, si je devais te raconter toutes les fois où un mec s’est frotté à moi dans le RER, les fois où un gars m’a traité de laideron dans le bus parce que je l’ignorais, où un garçon m’a suivi pour avoir mon tel, m’a abordé dans les bois quand je faisais mon sport, a voulu me chauffer en boite en me serrant un peu trop fort, m’a dragué lourdement pendant mon stage de lycée… On en aurait pour un certain temps..”

Et j’ai repensé à cette fille-là.. Celle que j’étais.. et à mon histoire…

On peut penser ce qu’on veut de “ME TOO”.. On peut se dire que ça ne nous concerne pas vraiment.. Parce que nous, on s’en est sorties.. Parce que nous, c’est un peu moins grave que d’autres.. Parce que bon.. Est ce que notre comportement ou notre accoutrement ne les a pas un peu cherché? Et si on les empêche de nous importuner, que feront ils pour s’occuper, les pauvres?!…(poke C.Deneuve)..

Un jour, j’ai entendu Sophie Fontanel à la radio, parler de notre droit au refus et de cette espèce de culture de l’érection … Et j’ai continué à mouliner… 

Alors mon histoire, que je croyais digérée, assumée, que je pensais archivée.. Mon histoire m’a fait de l’œil.. Elle est désormais éclairée différemment.. Par ce phénomène de société, aussi par mon âge (bientôt 40) et enfin par mon statut de maman..

En maternelle, garçons et filles se mélangent.. Aucune différence de comportement, de traitement..

En primaire (non-mixte), les seuls garçons que je côtoie de près sont mes frères.. et leurs copains, autant dire que je n’y vois rien d’intéressant…

Au collège.. En 6ème, Anthony K. s’amuse à me faire des croche-pieds pour voir sous ma jupe et se moque de moi le reste du temps.. En 5ème, cheveux coupés-au-bol, me la joue “sportive” en jouant au basket.. En 4ème, j’attends désespérément la fin de mon traitement orthodontique.. de porter des lentilles de contact.. Bref.. De me transformer… J’ai un faible pour l’un des copains de mon grand frère.. Mais ils me surnomment Kurt (pour Kurt Cobain!) Finalement, c’est en redoublant ma 3ème que je deviens visible auprès des garçons…

Il me semble que d’une année sur l’autre, je passe de la rigolote acnéique à lunettes à la délurée sans les culs-de-bouteilles, avec une nouvelle coupe de cheveux … J’ai changé de camp.. Même si j’attendais ça avec ferveur, je crois que je n’y étais pas préparée.. (ma mère non plus d’ailleurs)

A cette époque-là, je crois dur comme fer à l’histoire de la chenille qui se transforme en papillon.. C’est un peu ce qui m’a fait tenir durant les années collèges… Ce mythe de la jeune fille qui ne ressemble à rien et qui après relooking, vaut le détour.. Vraiment, je m’y accrochais de toute mes forces… Comme si c’était une fin en soi, être remarquée par les garçons… On dirait un remake, un peu mauvais, un peu frenchie, de Grease ou Dirty Dancing, mes films cultes de l’époque…

J’ai pris la pilule très tôt… Pas pour coucher.. Non.. Pour les boutons d’acné.. Prescrite par ma dermato, qui m’a expliqué ce qu’était la Diane… Moi, j’ai juste entendu: “plus de boutons”.. Les lentilles de contact, c’est un gros effort de ma part.. Me mettre les doigts dans l’oeil.. Beurk! Mais j’aurai tout accepté pour pouvoir arrêter d’avoir à remonter sur mon nez ces satanés lunettes… Et les appareils dentaires… Ces engins de tortures nocturnes et diurnes qui vous offrent une chance de faire rentrer dans votre bouche ces énormes dents trop écartées…

Bref.. C’est un travail de longue haleine qui a commencé à porter ses fruits à l’été 1994, quand mes parents m’ont inscrit, 2 ans de suite, à un stage ado au club de plage.

Il s’appelle Yann, à peine la trentaine.. Il est beau, bronzé, musclé, il sent bon (XS de Paco Rabanne).. Il correspond en tout point au stéréotype du pompier, qu’il est dans la “vraie” vie.. L’été, il est le mono du groupe d’ados inscrits au club Mickey. C’est la première année que le gérant fait ça.. et c’est sa fille et son compagnon qui s’en occupent. On fait des activités vélo, visites, danses.. et des boums en fin de semaine.

Je crois qu’à peu près toutes les filles du groupe ont un faible pour lui.. De toute façon, c’est un peu l’âge où garçons et filles se découvrent, se rapprochent.. Tout en se moquant les uns des autres.. Dans les années 90, les réseaux sociaux n’existent pas encore.. tout est un peu plus lent, un peu plus innocent ou naïf ou les 2, ou les 3, ou c’est juste moi… Du coup, niveau communication, c’est pas trop ça.. mais ça reste assez inoffensif…

A cette époque-là, même si je me transforme.. Je ne me vois pas “jolie”.. A posteriori, je me rends bien compte que cette fille-là, sans être un top modèle, n’est pas un laideron.. ni obèse.. C’est un peu dommage de ne pas avoir été apaisée au sujet de mon physique, quelque part, j’aurai pu utiliser cette énergie à autre chose… Mais bon.. Dans ma famille, le physique n’est pas une priorité, ce n’est pas un sujet primordial, donc peu abordé…
Dans les livres ou les films, on parle souvent des premières érections masculines, mais jamais, ou très peu du corps féminin qui s’éveille.. Si le mien évolue comme je le souhaite tant, je découvre aussi les premiers émois.. Je ne sais pas ce qui se passe en moi..

Personne ne m’a expliqué.. Je ne viens pas d’un milieu particulièrement bourgeois.. Cela dit, j’ai été plutôt “protégée”.. avec quelques zones d’ombres sur certains sujets.. Bien sûr, j’ai bien le béguin pour un garçon de notre groupe d’ado. Mais il y a en plus une sorte de sensualité, quelque chose d’impérieux…. un besoin charnel s’impose à moi et je ne sais pas quoi en faire.. Je ne peux pas me confier à mes parents.. sans parler de mes frères… Mes copines ne semblent pas tourmentées comme moi.. Alors, je me tourne vers Yann..

Si je m’étais tue, j’aurai probablement découvert par moi-même certaines choses et d’autres avec un premier flirt estival.. Cet été-là, l’été où j’ai parlé avec Yann, Doc Gyneco chantait: “viens voir le docteur”, qui connait les paroles, connaîtra mon histoire… 

Je ne plaisante pas.. Mes copains de plage sont, selon lui, trop inexpérimentés, trop indécis.. Lui saurait faire, il saurait m’apprendre.. Il avait 30 ans, j’en avais 15. J’aurai aimé dire qu’il a été mon Pygmalion et que durant de nombreuses heures, nous avons procédé avec délices à mon initiation sexuelle.. Un peu comme un roman à l’eau de rose, où l’homme peut tout et la femme, une belle poupée chiffon qui ne sait rien..

La vérité, c’est qu’il ne m’a rien appris du tout. Même à ce moment-là, je perçois bien le fiasco.. J’ai vu le loup pendant quelques minutes.. et certes, cela répond à certains de mes fantasmes.. Mais où est le plaisir? Où est le partage? A cet instant précis, il n’y a qu’un homme au sexe levé qui satisfait à ses propres pulsions. Et je ne dois pas être la seule à avoir vécu ça avec lui, vu son expertise en la matière. Le seul avantage que j’y vois est d’avoir perdu ma virginité d’une façon tout à fait indolore.. Je n’ai rien senti. Cette première fois ne m’a fait ni du mal, ni du bien.

La suite n’a pu être que logique… L’année qui suivit cet été-là fut assez particulière. J’ai toujours pensé que toute cette histoire était assumée, que c’était un choix que j’avais fait.. Même lorsque deux ans après, le commissariat du coin nous a convoqué, ma mère et moi, pour témoigner dans le cadre d’une plainte d’une de mes anciennes copines de plage.

Comme il n’avait pas utilisé de préservatif, j’ai voulu faire un test HIV. Sauf que n’étant pas informée de l’existence de centres de dépistages anonymes et gratuit, qui ne devaient pas être nombreux à l’époque, j’ai fait la prise de sang dans le labo d’analyse qu’un copain connaissait.. Il a fallu donc que je fournisse un numéro de sécu et que je paye… Je n’avais ni l’un ni l’autre.. Quand j’ai raconté à ma mère que j’avais eu un rapport sexuel non protégé avec l’un de mes copains de plage, elle ne m’a pas cru. Je ne suis pas une bonne menteuse.. Elle a fini par “enquêter” elle-même; et c’est en perquisitionnant au domicile de Yann, que les policiers ont retrouvé une lettre de ma mère, qui l’accusait d’avoir abusé de moi.

Elle a hésité à m’en parler.. C’est l’année de mon bac.. Mes parents divorcent.. Un garçon de ma promo vient de se suicider.. Année “un peu” difficile…

Mais, en réalité, elle n’a pas vraiment le choix.. Les policiers nous ont entendues toutes les deux, séparément. Je ne sais pas ce qu’elle leur a raconté; d’ailleurs, je ne sais même pas le contenu exact de sa lettre..

Je me souviendrai toujours de la policière tapant sur son vieil ordinateur avec les 2 index.. L’entretien fut long et fastidieux. La plainte qui avait tout déclenché ne m’a pas été clairement expliquée.. Une fille du club ado, que je ne côtoyais pas vraiment, avait déposé plainte pour attouchements ou quelque chose du genre contre Yann.. La lettre de ma mère leur semblait assez explicite mais il leur fallait déterminer si mon expérience était vraiment similaire à la sienne.

A ce moment-là, je ne parle pas de viol. J’ai voulu assumer mes actes parce que je me voyais totalement responsable de ce qui s’était passé. Il aurait pu en être autrement parce que personne ne m’a forcé à rejoindre Yann ce soir-là. Jamais il ne m’a menacé, ni violenté…

Aujourd’hui, je ne parlerai pas de viol non plus. Ce que je ressens maintenant, ce n’est pas du regret, ce n’est pas de la colère.. En fait, je pense que j’ai passé l’âge pour que cela m’affecte réellement. Quelque part, tout ce que j’ai vécu par la suite, le bon comme le moins bon, découle de ce moment et participe à ce que je suis aujourd’hui.

Mais…

Il avait 30 ans, j’en avais 15. Son rôle était d’encadrer des mineurs durant certaines activités organisées par un club de plage. S’il pouvait tout à fait sympathiser avec les adolescents dont il avait à la charge, donner des conseils sexuels et les mettre en pratique était en dehors de ses fonctions… Avec ma casquette de femme de 39 ans, 2 fois maman, je sais aujourd’hui qu’on peut probablement qualifier ce qu’il a fait d’”abus de confiance / de faiblesse d’une mineure”.

Qui aurait pu m’expliquer que ce qui s’était passé n’était pas dans l’ordre des choses? La réaction maternelle fut un peu trop excessive pour que j’entende quoique ce soit.. Et la policière qui a tapé ma déposition s’est abstenue de tout commentaire. Quels adultes pour m’alerter avant? Pour m’aider après?

J’aurai donc mis 24 ans pour voir ce qui s’est vraiment passé ce jour-là, 24 ans pour voir que cela n’aurait jamais dû être, 24 ans pour ne pas me voir comme coupable. En vieillissant, et en observant notre société évoluer avec “ME TOO”, j’ai pu appréhender ce que j’ai vécu alors que mon corps l’avait compris bien avant moi puisque j’ai souffert de vaginisme durant l’année qui suivit.

Existe-t-il un délai de prescription pour parler, pour comprendre, pour accepter?

Cette idée de la femme qui cherche ce genre de problèmes, autant dire: la femme pécheresse, est tellement ancrée dans nos esprits. J’étais persuadée que j’avais eu ce que j’avais demandé, ni plus, ni moins.. J’étais fautive. Je ne pouvais donc que m’en prendre à moi-même. Je crois que durant tout ce temps, dans ma tête, je n’ai jamais vraiment accusé Yann de quoique ce soit.

Et pourtant! J’avais 15 ans, ma seule faute a été d’avoir parlé avec la mauvaise personne.

Depuis quelques jours, je me demande s’il y en a eu d’autres après moi.. ou tout du moins après la plainte de cette fille-là que je connaissais peu, mais qui a eu le courage de parler et qui a compris tout de suite ce qu’il était. J’espère de tout mon cœur qu’elle aura été entendue et qu’il n’aura pu recommencer. Mais j’en doute..

Qu’elle sache, cette fille-là, qu’elle n’est plus seule.

Tuer la Mère

Il te faudra tuer la Mère. Celle que tu as eu.. Celle que tu aurais aimé avoir.. Celle que tu pensais être.. Celle que tu ne seras pas.. Il te faudra La tuer ou Elle le fera.. Les regrets, les remords, la colère vont grignoter le peu d’énergie que tu auras… Et les pleurs t’achèveront. Tu dois accepter ce que tu es, ce que tu fais. Et décider de quel côté tu iras maintenant.

Dans la réalité, rien ne se passe jamais comme on le pensait… Calculer nos faits et gestes pour que tout aille dans le bon sens.. ça ne marche pas.  Le passé peut prendre trop de place, le présent ne pas être satisfaisant et le futur trop embrumé.. On ne sait pas, on ne sait plus.. Ce qu’on doit faire.. Ce qui est important.. Ce qui ne l’est pas. On a toujours eu une certaine idée de ce qu’on est, ce qu’on sera ou de ce qu’on ne veut pas être.. Et un jour, une espèce de vague géante nous submerge. Un petit être arrive et tout est remis en question.

“Avant, j’avais des principes, maintenant, je suis parent” “Avant, j’avais des certitudes.. Avant, je pensais que je serai LA meilleure.” Heureusement… Il y a le pilote automatique.. Celui que la société nous offre, bien pratique, bien utile… Et puis, un jour, il est en panne… Et à nouveau, on est dans le flou.

Tous les parents n’ont pas cette problématique.. Tous les parents ne cherchent pas à se libérer du passé pour pouvoir évoluer. Mais il y en a sur qui ça tombe.. Comme ça.. Sans crier gare.. Ils se retrouvent avec un bagage bien lourd à porter, si lourd qu’être parent soi-même devient un fardeau. Un fardeau que l’on se retrouve à porter seul. Parce qu’il faut repartir travailler… Il faut bien gagner de l’argent pour pouvoir survivre.. Parce que la famille est loin.. Si proche pour imposer sa manière de faire, de voir.. Mais si éloignée pour soutenir. Parce que les amis n’auront pas eu la même expérience, ou pas le temps, ou ne seront que des copains.. Parce qu’il y aura toujours un professionnel, de santé ou de l’enfance, pour apposer une étiquette sur ce qui se passe. Seul parce qu’il y aura toujours quelqu’un pour juger. Mais personne pour écouter. Seul parce que la culpabilité isole; parce que la tristesse dévaste et la colère détruit.

Non, tu n’es pas le parent que tu pensais devenir. Et il est temps d’en faire le deuil.  Cesses de courir après un idéal qui n’est pas le tien.. simplement parce qu’il n’est fait pas “sur-mesure”… Il ne tient pas compte de… Toi. Tu peux lire des livres, aller à des conférences, participer à des formations… C’est bien de s’informer, c’est toujours bien de savoir. Ensuite tu pourras tout mélanger à ta sauce. Alors… Il y a un temps pour pleurer.. Et, en fin de compte, ce qui importe, c’est aujourd’hui et ce que tu vas en faire. Tu auras sans doute un peu plus d’efforts à fournir que d’autres.. et c’est ok. Fais ce que tu peux, avec ce que tu es. Libère toi petit à petit de tes croyances, de tes cauchemars, de tout ce qui ne te fait pas du bien. Privilégie le bon autour de toi.

Respire.

D’une manière ou d’une autre… ça va aller.

Journées à l’Internationale

Doit-on y voir un hasard ou la main du Destin quand le jour férié de la Toussaint, la Journée Mondiale du Véganisme,puis celle du Droit à Mourir dans la Dignité et la Commémoration des Fidèles Défunts ont lieu sur 2 mêmes jours consécutifs?

Est ce que quelqu’un convaincu qu’il ne peut exploiter d’une quelconque manière un animal est un Saint? Ou sera un fidèle défunt lorsqu’il aura trépassé? Est ce qu’une personne qui aura souffert jusqu’au bout d’une terrible maladie peut être considéré.e comme un.e Saint.e ou bien un.e fidèle défunt.e? Est ce que les Saint.e.s et les fidèles défunt.e.s, de là où ils nous regardent, ripaillent de vin et de pain seulement ou ont agrémenté leur encas avec un saucisson label rouge et du camembert AOP? Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions!

Ou bien, n’y aurait-il pas plus de journées mondiales / internationales que de jours dans l’année…? Et ne parlons pas des saints célébrés chaque jour, car ils doivent souvent partager leur D-day avec un autre.. en plus de partager le 1er novembre.. Donc, en plus d’être trop nombreux sur Terre, nous avons trop de choses à fêter!

Enfin.. fêter.. On se comprend, hein… On parle plutôt de commémoration, de souvenirs, mais aussi de combats, d’informations, de droits! Il y avait un temps de recueillement, un temps où l’on pouvait faire une pause dans sa vie trépidante pour se remémorer des moments historiques ou ces personnes dont une haute instance religieuse avait jugé qu’elles avaient consacré leurs Vies à “l’exercice de la charité, l’accueil de la miséricorde et le don de la grâce divine”.  Depuis les années 50, l’ONU, l’OMS, l’UNESCO instaurent des journées mondiales ou internationales afin d’alerter les populations sur des causes souvent universelles, parfois dramatiques et d’autres bienheureuses. Des ONG et des associations peuvent également saisir cette occasion pour médiatiser des pratiques à encourager ou des problématiques à bannir. Et nous.. Nous pouvons décréter que demain sera la journée des chaussettes en pilou, ou de la crêpe confiture fraise-chocolat fondu. Tout en vérifiant quand même sur le net que quelqu’un n’aura pas eu la même idée que nous.. et en entraînant avec soi un maximum de “followers”!

Il semble que l’obsolescence programmée ne concerne pas que les machines, mais touche également des idées, des valeurs.. Les journées mondiales/internationales nous rappellent l’importance capitale de certains droits, de certains actes. Sommes nous devenus incapables de sourire ou d’être heureux pour que l’on invente une journée du bonheur et une autre du sourire? Est ce que la journée des gauchers ou des peuples autochtones les rendent plus visibles, moins opprimés?  C’est sans doute les avantages et les inconvénients du monde moderne, on peut communiquer sur tout et son contraire, tout en oubliant de vivre le plus important. Et si, la célébration de ces journées ne permettaient en fait que de vendre plus.. ? Et si, finalement, l’objet de nos attentions quotidiennes ne devenaient plus qu’un produit, que du marketing.. Un peu comme ces 14 février suintant le parfum de supermarché et les roses hors-saison? Il est certain que ces journées appellent au RESPECT.

Par exemple, le respect des animaux, dans la relation entretenue avec eux, mais aussi en bannissant toute exploitation animale et la cruauté qui peut parfois l’accompagner. Le respect pour toute personne souhaitant ne pas subir d’acharnement thérapeutique dans le but de lui faire vivre quelques instants de trop et donc, son droit à disposer de son corps et de sa vie. Le respect des croyances des uns et des autres, le respect des morts, qu’ils aient simplement vécu ou servi une noble cause…

Finalement, ces journées internationales/mondiales, c’est un peu comme l’application réveil de votre smartphone, vous avez l’impression que ça sonne toutes les 10 minutes, mais c’est seulement pour vous alerter! Cette petite musique insistante finira-t-elle par vous réveiller à l’heure?

Géoca..quoi?? Le Géocaching..

La première fois que vous en avez entendu parler… Avouez que votre première pensée aurait pu être: “encore un truc de geek”.. 

Bah oui.. Il y a un peu cette idée que les chasses aux trésors, ou les rallyes découvertes, c’est un peu “old-school”, il faudrait quelque chose comme une carte, des indices ou des énigmes sur papier, et puis faire ça tous en même temps, dans un événement un peu festif, joyeux en tout cas.. Maaaiiis, il faut vivre avec son temps et la technologie s’infiltre partout…

Bon, il y a pas mal d’événements qu’on loupe pour cause de flemmingite aiguë lors d’un week-end pluvieux, après une semaine éreintante.. “C’est annulé à cause de la pluie mon chéri!”.. Du coup, exit le cirque, le 4e feu d’artifice de la saison, l’inauguration de la salle “Tartenpion” et récemment l’accueil aux nouveaux arrivants de la commune..

L’avantage, ici, c’est que vous pouvez être sur le pont à 7h un dimanche matin ou réussir à sortir (grâce à la culpabilité parentale) de votre canapé à 17h30.. Personne ne vous regardera d’un mauvais oeil, pas de retard possible! Vous allez donc à votre rythme!

Il suffit d’un portable chargé à bloc et d’un système GPS.. 

Voilà le principe: après avoir entré des coordonnées d’une cache dans votre portable ou votre GPS, partez à la chasse au trésor! Une fois trouvé, vous pourrez laisser une trace de votre passage sur un petit logbook et si vous prenez quelque chose, remplacez-le par un objet à valeur égale ou supérieure. Parfois, certains parcours sont agrémentés d’énigmes et de mots mystères.. C’est en tout cas l’occasion de découvrir un lieu en partageant une aventure bien réelle en famille! 

Des chasses aux trésors un peu plus classiques sont évidemment organisées un peu partout en France et peuvent servir d’introduction au concept! Il existe des applis, des blogs qui en parlent et qui donnent des liens, des sites internet en veux-tu en voilà!… A pied, à vélo, en voiture… ça se prépare.. ou pas (surtout s’il y en tout près de chez vous)

Pour la petite histoire, au début des années 2000, le Global Positioning System devient accessible au commun des mortels. Un américain décide de tester la précision du système en cachant une capsule dans la forêt avec une consigne simple : “tu prends quelque chose, tu donnes quelque chose”. Dedans, il place plusieurs objets dont un stylo et un carnet. Puis, il publie sur internet les coordonnées de la capsule. C’est ainsi qu’à travers le monde, des nombreux internautes se prirent au jeu du Geocaching!

Il parait que c’est addictif et un excellent moyen pour faire crapahuter les enfants dans des lieux où ils iraient normalement à reculons! Attention! Vous ne pourrez clairement pas en profiter pour faire un remake du Petit Poucet: votre GPS pourra vous trahir! 😀

Les activités extra-scolaires

A y est.. Le mois d’octobre est bien là.. C’est foutu pour les essais gratuits des différentes activités proposées dans votre commune.. Vous avez tout écumé.. Le cirque, le base-ball, la capoeira, l’éveil à la musique, piscine, théâtre, le foot … les échasses…. Maintenant, il va falloir choisir et payer … ou renoncer..!

Certains vous diront: “Rien avant le CP!”; d’autres vous expliqueront qu’il ne faut pas plus d’une activité par semaine… Du coup, vous culpabilisez, ou vous vous posez des questions…. Ce qui ne change pas grand chose.. Vu qu’en tant que parent du 21e siècle, vous passez déjà votre temps à vous poser des questions et à culpabiliser… et vice-et-versa… Bref!
Donc, vous sentez bien que votre aîné.e y gagnerait à voir autre chose que sa classe ou le centre aéré… Parce que c’est aussi ça, les activités extra scolaires.. C’est une sorte de découverte d’un autre monde.. un endroit ou papa et maman n’y connaîtraient pas forcément grand chose, un endroit ou, en tout cas, ils ne seraient plus les seuls maîtres à bord.. ça faisait un moment que ça vous démangeait.. de l’envoyer se frotter un peu à une autre forme d’autorité qui lui inculquerait quelques valeurs l’air de rien.. avec en prime des ami.e.s de tout âge, en dehors de l’école..

Encore faut-il que votre ville ou ses proches voisines proposent une activité potable, accessible financièrement et géographiquement parlant.. Nan parce que bon.. les fins de journées hivernales, où vous serez bien content.e de rentrer à la maison pour ne plus ressortir: terminées! Et les grasse mat’ bien méritées après une dure semaine de labeur et de charge mentale domestique: terminées! A la place, vous aurez le droit de ressortir dans le froid pour le/la déposer au gymnase de Trifouillis-les-Oies, attendre dans la voiture ou aller faire les courses (parce qu’il faut bien mutualiser les déplacements).. Vous lever à 7h du mat un dimanche pluvieux et faire le taxi pour 3 ados qui courront après un ballon oval ou rond.. ou …mais qu’est ce que c’est que ce sport???

Vous êtes sûr.e? Vraiment? A t il vraiment besoin de travailler sa motricité? Est ce qu’elle ne pourrait pas aussi bien tisser un lien avec son petit poney à paillettes plutôt qu’avec le cheval du haras du coin?

En fait, tout dépend du prisme avec lequel vous regardez votre enfant.. Parce qu’on le sait tous.. Hein, votre enfant n’a besoin que de vous.. d’une famille.. d’amour.. toussa toussa.. Oui mais…

S’ouvrir au monde.. Découvrir les liens que partage une équipe.. Apprendre la patience et la persévérance.. Écouter des conseils.. Développer une sensibilité et être capable de l’exprimer… Essayer, encore et encore… Tomber, parfois.. Gagner souvent… Des larmes, de la sueur, de la fierté.. Tout donner, s’économiser un peu, ou tout perdre.. Feindre, s’entraider, tester, tenter.. Avoir une passion, et puis une autre et encore une autre.. être curieux de tout, et ne rien s’interdire.. Rester sur le banc ou s’avancer dans la lumière.. Vaincre le trac ou perdre ses moyens..

Toutes ces expériences, votre enfant mérite de les vivre.. pendant un an.. ou 2 .. Des mois ou quelques semaines.. Il a le droit de changer d’avis, d’avoir des mauvais jours ou juste, d’être fatigué… Il se blessera peut-être, et vous le relèverez. Que vous l’inscriviez ou non.. Ce qui compte, c’est qu’il s’y retrouve.. Lui.. Pas vous.. C’est un peu ça la parentalité, non? Et si vous y perdez quelques chèques en route, dites vous que c’est un investissement sur l’avenir.. Le sien..

Maintenant, allez donc faire les beaux jours des généralistes en cette fin d’année pour obtenir le certificat d’aptitude pour compléter son inscription… Il y aura peut-être parmi tous les parents qui patientent comme vous quelques individus qui ne seront pas contre la création d’un club de supporters, prêts à lever le coude pour fêter les victoires et tendre la main pour relever la tête!

A demain!

Il est parti en lançant dans la pièce “à demain!” Mais ça ne voulait rien dire.. Tout le monde peut partir en disant ça…Comme s’il était certain de revenir, comme si demain ne manquerait pas de le revoir.. C’est banal et ça endort toute méfiance.. A demain… Qu’est que ça veut vraiment dire finalement? “Demain, je me lèverai après une bonne nuit de sommeil et je serai de retour.. Je serai là et tu me reverras. Je ferai ce que j’ai à faire et nous serons contents..” Mais la Vie.. Mais la Nuit.. et le Jour… Il n’est pas revenu. Nul ne sait où il est. Personne ne sait s’il en reviendra. Ceux qui restent doivent vivre avec son absence, devenue omniprésente.. Et des questions en suspens. On ne sait pas pourquoi il a fait ça.. ou on le devine.. ou on le pressent.. Parce que, mine de rien, on savait.. Parce que cela faisait quelques années qu’il trainait ça.. Et même s’il ne s’imposait pas, on voyait bien.. Que ça n’allait pas.. Avait-on seulement envie de creuser plus loin qu’un café offert, qu’un coup de fil rapide ou un conseil imposé?

On n’a jamais le temps.. ou on ne le prend pas.. ou on n’a pas envie.. On a tous nos zones d’ombres et une charge sur les épaules.. Pourquoi porter celle d’un autre? Et de toute façon, le pouvons-nous vraiment? Alléger un fardeau, pour le poser ailleurs.. loin.. Pour qu’il puisse prendre un peu de hauteur et voir qu’il est bien petit, vu de là-haut. Et puis, on s’est laissé emmener par le quotidien et débordé par une Vie un peu trop fatigante, un peu trop remplie.. On s’est dit qu’il serait toujours temps, demain… Demain… ou un autre jour.. ou plus tard..

Il est parti en lançant “à demain!”, 2 petits mots, attendant d’être saisis au vol, suspendus dans la pièce, qu’il aurait fallu attraper et ne plus lâcher pour qu’il reste encore un peu..

Le 10 septembre dernier, c’était la journée mondiale pour la prévention du suicide et le 25 septembres, à Brest, il y a les 51emes journées du GEPS. On connait tous quelqu’un qui va bof, qui va mal.. quelqu’un qui théâtralise la chose.. ou qui se bat au quotidien pour ne pas y penser, pour ne pas passer à l’acte.. Peut-être que c’est nous.. Peut-être qu’on s’en doute.. Peut-être qu’on l’a vécu ou qu’on l’a rêvé..

Il y a trois fois plus de suicides “réussis” que de décès par accident de circulation… Ces morts sont évitables, il suffit parfois d’une main pour relever, d’une oreille pour écouter, en tout cas d’une présence sans jugement.

Undercover, une histoire vraiment vraie

A mon grand regret, il a fallu arrêter d’écrire fin juillet et août..  Il était impossible de tout gérer de front..

L’écriture blog et Fb, la vie perso, Pôle Emploi qui veut absolument faire de moi une secrétaire-hôtesse d’accueil-informaticienne et cette fameuse mission hyper-ultra importante qu’il fallait mener dans le parfait anonymat.. garantissant une réussite teintée de galère parfaitement normale..

Durant le mois de Septembre, une journée par semaine, je raconterai comment et pourquoi j’en suis arrivée là… Je tenterai de vous tenir en haleine pour savoir si la fin de cette mission, si fin il y a, fut positive ou négative…