Archives pour la catégorie musique

Nouvelle Année!

A partir du 31 décembre, et jusqu’à la fin du mois de janvier, on se souhaite à tous, sans presque plus réfléchir, une bonne année.. 

Au début, de façon festive.. et au fur et à mesure que janvier s’écoule, on s’essouffle.. on s’agace parfois.. Avons nous oublié quelqu’un? Tata Jojo? La boulangère ou la dame de la crèche? A t on utilisé les bons termes, la bonne manière?

Avant tout ça, cette année, on pourrait l’espace de quelques instants, regarder en arrière.. 

Voir le chemin parcouru: les progrès, les hésitations, les réussites, les échecs..

Lever la tête et contempler ce qui a été accompli.. sans complaisance, sans excuses, sans regrets.

Bravo!

Oui, bravo!

Cette année, comme toutes les autres, vous avez survécu. Vous avez vécu..

Les guerres qu’il y avait à mener, vous leur avez fait face.

Les douceurs qu’il y avait à distribuer, vous les avez données.

Avec ce que vous pouviez, avec tout ce dont vous étiez capable.

Bien sûr, vous avez fait des erreurs. Bien sûr, vous n’êtes pas parfait.e.

C’est évident!

Si vous l’étiez.. il n’y aurait pas d’histoires… il n’y aurait rien à améliorer. Rien à souhaiter pour l’année suivante..

Vous avez le droit d’être fatigué.e, d’être essoufflé.e.

Arrêtez vous, un peu, ou beaucoup.. Reposez vous.

Personne ne gravit une montagne sans marquer de pauses de temps en temps.

Et quand vous vous sentirez prêt.e, remettez vous en marche.

Parce qu’en fait, vous n’avez pas le choix que d’avancer.. même à votre rythme.. 

On peut dire ce qu’on veut.. Mais la Vie.. C’est ça.. Des hauts, des bas.. Des collines et des pics à gravir.. Des faux-plats ou des cuvettes… 

On nous fait croire que l’on peut atteindre un lieu Idyllique, une sorte d’Eden et que ce jour-là, nous deviendrons un être accompli, serons parfaitement heureux.. La Vérité, la Vraie: c’est que le paradis, c’est ici et ce que vous en faites.. Là où vous êtes.. Parce que vous y êtes.. et avec qui vous le vivez.

Profitez-en.. Rendez le meilleur de jour en jour.. N’attendez pas, n’attendez plus.. De rien, ni de personne. Avancez!

Je vous souhaite d’être fier.e de ce que vous avez vécu, de ce que vous êtes devenu.e. Je vous souhaite de savoir ce que vous voulez devenir durant cette nouvelle année.

J’espère que vous emprunterez la route adéquate pour y parvenir.. N’oubliez pas que si jamais vous vous perdiez en chemin, il sera toujours possible de revenir sur vos pas ou d’inventer un itinéraire-bis.

Enfin, je vous souhaite d’être entouré.e.. Des bonnes personnes.. Celles que vous aimez, celles qui vous aiment..  Vous savez, ces êtres qui vous acceptent tout entier.e, et ne veulent que votre bonheur…

J’espère que vous laisserez s’éloigner ceux qui ne feront qu’assombrir votre horizon ou votre quotidien. N’hésitez pas à garder vos yeux et vos bras ouverts pour accueillir celles et ceux qui en auraient besoin ou qui reviendraient à l’occasion..

Saupoudrez tout ça de quelques rêves et de rires joyeux… Vos pas n’en seront que plus légers!

Belle année 2020!

Bonne Année, Bonne Chance! (Guy Béart)

Les activités extra-scolaires

A y est.. Le mois d’octobre est bien là.. C’est foutu pour les essais gratuits des différentes activités proposées dans votre commune.. Vous avez tout écumé.. Le cirque, le base-ball, la capoeira, l’éveil à la musique, piscine, théâtre, le foot … les échasses…. Maintenant, il va falloir choisir et payer … ou renoncer..!

Certains vous diront: “Rien avant le CP!”; d’autres vous expliqueront qu’il ne faut pas plus d’une activité par semaine… Du coup, vous culpabilisez, ou vous vous posez des questions…. Ce qui ne change pas grand chose.. Vu qu’en tant que parent du 21e siècle, vous passez déjà votre temps à vous poser des questions et à culpabiliser… et vice-et-versa… Bref!
Donc, vous sentez bien que votre aîné.e y gagnerait à voir autre chose que sa classe ou le centre aéré… Parce que c’est aussi ça, les activités extra scolaires.. C’est une sorte de découverte d’un autre monde.. un endroit ou papa et maman n’y connaîtraient pas forcément grand chose, un endroit ou, en tout cas, ils ne seraient plus les seuls maîtres à bord.. ça faisait un moment que ça vous démangeait.. de l’envoyer se frotter un peu à une autre forme d’autorité qui lui inculquerait quelques valeurs l’air de rien.. avec en prime des ami.e.s de tout âge, en dehors de l’école..

Encore faut-il que votre ville ou ses proches voisines proposent une activité potable, accessible financièrement et géographiquement parlant.. Nan parce que bon.. les fins de journées hivernales, où vous serez bien content.e de rentrer à la maison pour ne plus ressortir: terminées! Et les grasse mat’ bien méritées après une dure semaine de labeur et de charge mentale domestique: terminées! A la place, vous aurez le droit de ressortir dans le froid pour le/la déposer au gymnase de Trifouillis-les-Oies, attendre dans la voiture ou aller faire les courses (parce qu’il faut bien mutualiser les déplacements).. Vous lever à 7h du mat un dimanche pluvieux et faire le taxi pour 3 ados qui courront après un ballon oval ou rond.. ou …mais qu’est ce que c’est que ce sport???

Vous êtes sûr.e? Vraiment? A t il vraiment besoin de travailler sa motricité? Est ce qu’elle ne pourrait pas aussi bien tisser un lien avec son petit poney à paillettes plutôt qu’avec le cheval du haras du coin?

En fait, tout dépend du prisme avec lequel vous regardez votre enfant.. Parce qu’on le sait tous.. Hein, votre enfant n’a besoin que de vous.. d’une famille.. d’amour.. toussa toussa.. Oui mais…

S’ouvrir au monde.. Découvrir les liens que partage une équipe.. Apprendre la patience et la persévérance.. Écouter des conseils.. Développer une sensibilité et être capable de l’exprimer… Essayer, encore et encore… Tomber, parfois.. Gagner souvent… Des larmes, de la sueur, de la fierté.. Tout donner, s’économiser un peu, ou tout perdre.. Feindre, s’entraider, tester, tenter.. Avoir une passion, et puis une autre et encore une autre.. être curieux de tout, et ne rien s’interdire.. Rester sur le banc ou s’avancer dans la lumière.. Vaincre le trac ou perdre ses moyens..

Toutes ces expériences, votre enfant mérite de les vivre.. pendant un an.. ou 2 .. Des mois ou quelques semaines.. Il a le droit de changer d’avis, d’avoir des mauvais jours ou juste, d’être fatigué… Il se blessera peut-être, et vous le relèverez. Que vous l’inscriviez ou non.. Ce qui compte, c’est qu’il s’y retrouve.. Lui.. Pas vous.. C’est un peu ça la parentalité, non? Et si vous y perdez quelques chèques en route, dites vous que c’est un investissement sur l’avenir.. Le sien..

Maintenant, allez donc faire les beaux jours des généralistes en cette fin d’année pour obtenir le certificat d’aptitude pour compléter son inscription… Il y aura peut-être parmi tous les parents qui patientent comme vous quelques individus qui ne seront pas contre la création d’un club de supporters, prêts à lever le coude pour fêter les victoires et tendre la main pour relever la tête!

Écoute et Regarde -4

Quelle nouvelle! JJG est sur les web players! Résistant ou passéiste.. En tout cas, il a changé d’avis et ça cartonne! Goldman, c’est pas juste les enfoirés, les “je te donne” ou “je marche seul”… Nan.. Goldman, c’est aussi la fin des années 70, le début des 80.. Avec des chansons à texte ou une rythmique qui vous restent dans la tête! La discographie de Jean-Jacques.. Tout le monde croit la connaître.. Mais la vérité, c’est qu’il est toujours possible de la (re)découvrir selon un instant T dans notre propre vie.. d’y mettre notre pathos selon le vécu du moment.. Ou d’en comprendre le sens, enfin…

Bon, si on s’arrête aux “Génération Goldman”, y’a de quoi critiquer et envoyer aux orties cet artiste qu’on entend déjà tout le temps sur les ondes…et avec les mêmes chansons… Alors, évidemment, on aime ou on aime pas.. Mais allez quand même jeter un coup d’œil sur les spotify et autres deezer, dénichez un de ses vieux albums, et écoutez le.. un peu.. ou beaucoup.. Vous verrez que Goldman, c’est plus qu’un marseillais parti vivre en Angleterre, et un peu mieux que le faiseur de tubes pour chanteuses et chanteurs en mal d’inspiration ou de popularité..

Ce qui est bien avec internet, c’est qu’on peut retrouver toutes sortes de musiques.. Dont celles de nos séries préférées ou des films qui nous restent en tête… Cela les rend accessibles instantanément pour peut-être nous donner envie de les revoir.. sans oublier d’aller découvrir de nouvelles images sur la toile… Cette semaine, au cinéma, il y a du drôle, du moins-drôle.. des histoires de famille, de femmes.. et un “dessin animé” qui raconte un après-guerre terrible et pas si lointain..
Septembre a ce quelque chose de tragique ou tout du moins de sérieux. Une saison légère, celle où tout est possible, n’en finit pas de se terminer pour laisser la place à la mélancolie dans une langueur orangée-rouge. Dans les librairies, fleurissent des agendas, boites à outils et autres organiseurs de vie; des romans sérieux aux couvertures classiques et aux titres classieux.. A-t-on vraiment le temps de lire en septembre? En a-t-on le goût, plutôt que de rêvasser aux vacances terminées il y a peu? La rentrée littéraire vous inspire-t-elle? On parlera du décès de Tony Morrison par ici, des derniers  Nothomb et Darrieusecq par là et vous vous demanderez si Mazarine Pingeot a écrit une fiction ou une réalité vécue par sa nièce.. Ou peut-être finirez vous par lire une “vieillerie” de la rentrée 2018 mi-fiction/mi-réalité écrite par Baptiste Beaulieu: Toutes les histoires d’amour du monde.

Ubuntu

“Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous”

Cet homme a pour lui seul une Journée Internationale! Incroyable, Non? C’est comme avoir un prix Nobel, qu’il a eu aussi.. en mieux.. Depuis le 18 juillet 2010, chaque citoyen du monde est invité à consacrer 67 minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en hommage aux 67 années que Mandela a consacré pour l’égalité, la justice sociale, la réconciliation et la diversité culturelle.

Nelson Mandela a combattu l’apartheid en Afrique du Sud avant de devenir président de la République de son pays après les premières élections nationales non ségrégationnistes. Il a été l’un des dirigeants historiques de cette lutte non violente pour ensuite fonder la branche armée chargée du sabotage systématique des installations publiques et militaires. Pour toutes ses actions, il sera emprisonné presque 27 ans avant de recevoir le Prix Nobel de la paix en 1993. Élu président de la République d’Afrique du Sud en 1994 jusque 1999, il se consacre ensuite à la défense des droits de l’homme au travers d’associations luttant contre la pauvreté ou le sida.

Qu’est ce qui pousse un humain à se transcender et à lutter pour une cause juste? Un jour, quelque part, quelqu’un trouve la force de se lever et d’œuvrer pour améliorer le Monde. Bien sûr, cette femme ou cet homme aura ses défauts, ses contradictions. Il n’est pas nécessaire d’être parfait.e pour devenir une héroïne / un héros. Et tout le monde n’est pas obligé de l’idolâtrer comme un.e sauveur.se. Tout le monde n’aura pas sa force, ni ses faiblesses. Et peut-être que personne ne le comprendra complètement. Avait on vraiment besoin d’une journée Mandela pour se souvenir? Il suffit d’entendre Johnny Clegg et nous savons.. Non?

Non. Il faut se souvenir des héros; quels qu’ils soient. Parce qu’au bout du compte, ils finissent toujours par mourir.. Les souvenirs s’estompent, les témoignages se font rares. Certes, les musées, les monuments restent, mais.. En fin de compte, le peuple oublie. Oui, l’oubli est facile quand les générations passent et qu’elles n’ont pas connu la peur, la violence et les cris. Tout peut être remis en cause quand les témoins directs, quand les acteurs des événements disparaissent. Soudain, les crimes, les mensonges, les actes délictueux ne sont plus si graves, ne sont plus si terribles. L’abominable, s’il n’en devient pas acceptable, n’est plus haïssable. On s’endort, fort d’une certaine idée du passé, pensant qu’un retour en arrière est impossible, l’évolution naturelle ne le permettrait pas. Sauf qu’on oublie.. Pour que ce soit plus facile à vivre.. Parce que pour ce soit imprimé dans sa chair, il faut que cela soit vécu. C’est terrible de dire ça.. Et pourtant.. Ce qui n’est pas proche de vous, vous touche moins.. C’est un fait. Le monde moderne anesthésie les douleurs et les tristesses des plus riches à coup de médias 24/24-7/7, en les divertissant pour qu’ils regardent ailleurs ou en leur faisant peur.. Et les plus pauvres, en les assommant d’injustices, de malheurs et de divertissements absurdes. Ceux qui osent se rebeller et chercher ailleurs un peu de bonheur échouent face contre terre, le cœur gorgé d’eau, sur des rives étrangères ou familières..

On pensera ce qu’on voudra:
Que les Journées Internationales sont inutiles et que personne ne donnera 67 minutes de sa journée, 1 fois par an, pour un homme mort qui a voué sa vie à réconcilier un peuple. Que nous sommes plus évolués qu’au siècle dernier, comme on pourra toujours imaginer qu’un parti politique d’extrêmes n’arrivera jamais au pouvoir et ne cherchera pas à exterminer d’autres peuples, encore. On pourra toujours se donner bonne conscience en se disant que d’autres osent à notre place.. Se dire que ce n’est pas notre faute, que nous n’avons pas le pouvoir de décision, que nous n’y pouvons rien car pas assez puissants.

Alors, heureusement que cette journée est là pour nous rappeler que TOUT est possible. La vie de cet homme en est la preuve: il a initié, avec d’autres, le changement.. l’histoire d’un pays tout entier…

Écoute et Regarde -3

Quand vous en aurez marre d’écouter le même album de comptines, et que vous n’aurez pas envie que vos enfants chantent le dernier Soprano, alors vous serez heureux de pouvoir explorer le monde des radios enfantines.. Certaines sont plutôt classiques, comme Radio Pomme d’api ou Radio Ouistiti, elles ont souvent une appli mobile, comme Radio Barbouillots, d’autres font clairement dans le 80’s revival à l’image de Superloustic et les dernières essayent d’être les plus complètes possible en proposant plusieurs choix. Elles proposent toutes une programmation adaptée aux journées de vos enfants et il ne vous sera pas impossible de les laisser mettre l’ambiance à la maison. Quelques unes diffusent même des histoires lues par des célébrités ou des inconnus, parfois venues d’autres cultures. Finalement, c’est une bonne occasion de permettre à vos bambins de se forger une solide culture musicale qui ira au-delà de vos propres goûts musicaux sans que cela ne vous coûte une fortune.

Cet été, vous allez pouvoir faire connaître à vos enfants une histoire que vous n’avez pas pu manquer plus jeune: Le Roi Lion… C’est la mode ces derniers temps de revisiter sous forme de films les dessins animés de notre enfance.. La plupart du temps, et cela semble être le cas ici, ils essaient de rester fidèles à l’original. Beaucoup de films féminins cette semaine sont à l’affiche: Her Smell, Wild Rose, Le voyage de Marta, 100kg d’étoiles, le coup du siècle, Te Ata… Pour ne citer qu’eux.. Le reste des films présentés ne seront pas opposés à ceux-là comme étant masculins.. Yuli fait plutôt figure de biographie, Roads de film initiatique, Persona non grata comme un bon polar, L’oeuvre sans auteur est une sorte de fresque historique… Les premiers approfondissent la notion de féminité: en mettant en scène des femmes face à leurs contradictions, à la nécessité de faire des choix (femme, mère, artiste), à la découverte d’un autre monde que celui dans lequel on veut les confiner, à la possibilité de poursuivre des rêves… Tout en abordant en filigrane la question de l’amour de soi, d’être à soi.. Que les femmes sont les premières à avoir tendance à mettre de côté..

Et puis parce qu’il faudra bien se poser sur une chaise longue, une serviette de plage ou un confortable fauteuil, vous pourriez vous plonger dans ce premier roman si actuel: Après la fête de Lola Nicolle. Dans le Paris d’aujourd’hui, comment passer de l’adolescence à l’âge adulte et faire face à la réalité du monde..Et si le coeur vous en dit, jetez un coup d’oeil à Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon..

Haaave you met.. Kiffe ton cycle?

Qui à la maison, en sortie, dans son travail n’a pas déjà entendu ce genre de réflexion: “bah, elle a ses règles ou quoi?”? Qui n’a pas subi les conséquences d’un cycle menstruel douloureux, fatigant, perturbant, décevant, étonnant, disruptif…? Il y a quelques chose de tabou dans ce phénomène mensuel qui a toujours empêché une compréhension plus globale et bienveillante du corps féminin.

Oooh, bien sûr, on a tous assisté à nos cours de biologie.. Et franchement, c’est un désastre.. Pourquoi?  Parce que si notre éducation sur la biologie et l’anatomie des corps dépend du bon vouloir et du talent d’un professeur des écoles, in fine notre éducation sexuelle également… Sans aller jusqu’aux positions du KAMASUTRA, il apparaît que personne, absolument personne, ne nous parle ou ne nous intéresse au corps féminin tel qu’il est ressenti par… nous… Personne?

Non, il y en a une qui a décidé d’observer son corps et son cycle. Il y en a une qui a décidé de faire d’elle-même une alliée… C’est Gaëlle Baldassari de kiffetoncycle.fr

Évitons de parler des clichés, du rôle de la Femme dans l’ancien temps et du caractère reproducteur très réducteur du sexe féminin. Évitons également de mentionner les remises en question régulières dans certains pays du droit de la Femme à disposer de son corps. Mais nous pouvons regretter que de nos jours une femme puisse à ce point méconnaître son corps qu’elle en déteste son cycle ou le néglige. Parce que lorsque l’on connaît quelque chose, on l’accepte mieux et on peut se battre par et pour lui.

Nous pouvons saluer le clitoris et son retour (ou arrivée) sur la scène de l’information… Cela dit, le plaisir n’est pas tout.. Il y a la vie au quotidien.. Avant de choisir parmi la multitude de mode de contraception qui ont « libérés » nos mères, il est important de s’observer, de se connaître et s’accepter. Parce qu’il doit être pris en conscience et en connaissance… Mais comment savoir que l’on sait tout ce qu’il y à savoir quand déjà la grande inconnue est notre propre corps??

Gaëlle propose des formations avec des vidéos délivrées sur plusieurs semaines, a écrit un livre, tient un blog, une page facebook

Par les temps qui courent, et surtout avec les réseaux sociaux – parce que courir, c’est fatigant-, une jeune fille doit être informée de la meilleure de manière, c’est à dire sans tabou, sans jugements et avec bienveillance. On est loin des temps obscurs où le sang était impur et la femme devait se cacher.. (Ah bon? Partout?) Enfin, lorsqu’une femme se décide à fonder une famille avec un.e partenaire, et qu’elle rencontre des difficultés, elle met encore trop de temps à être diagnostiquée d’une maladie comme l’endométriose. Pourquoi?  Parce qu’elle met du temps à en parler aux médecins qui la suivent, elle ne fait le lien que tardivement et ses docteurs aussi… Pourquoi? Principalement, parce qu’est encore bien ancrée dans les esprits que quand on a ses règles, on souffre, et c’est normal… NON! Avoir des règles douloureuses n’est pas normal, ce n’est pas la conséquence des actes mauvais perpétrés par la Femme depuis des générations, une femme ne paye pas ses crimes en perdant du sang chaque mois. 
Finalement, Gaëlle introduit l’idée que notre corps peut être notre meilleur allié, qu’un cycle peut être un coach extraordinaire, et rien que ça, ne serait-ce que l’envisager, c’est une petite révolution…  🙂

Écoute et Regarde -2

Ce qui est chouette avec Jason Mraz, en dépit de son nom à coucher dehors, c’est sa musique festive et légère… Chez Jack Johnson, dont le nom ressemble plutôt à une bouteille de whisky, il y a un côté grasse mat’ et douceur de vivre. C’est presque rétro, puisque ces 2 artistes se sont fait connaître au début des années 2000. Quoi de mieux que de se balader avec leurs chansons en bande originale de votre vie estivale? Ça peut sembler niaiseux, mais écoutez-les, il y en a forcément une parfaite pour vous accompagner.

Cette semaine, vous pourrez aller entre copains ou avec votre moitié, voir un film d’horreur, Annabelle : la maison du mal, 2 films d’action, Stuber et Anna ; enfin, un film un peu polar et dans l’air du temps, Sur la peau. Les enfants seront contents d’aller voir Uglydolls, petite fable dessinée sur la tolérance et l’importance de comprendre que l’on est tous différents, tous beaux à notre manière…  Pas sur que l’Annabelle, citée plus haut, soit vraiment superbe, bien qu’elle soit très douée, en tout cas, pour donner les chocottes.. Anna est très jolie, bien qu’elle ait un petit air de Nikita remastérisée.. Quand à Stuber, son titre comme son personnage principal ressemblent au statut des chauffeurs VTC, c’est à dire à pas grand chose… Mais il a suffisamment de drôlerie pour qu’il ne soit pas qu’un film « tais-toi, roule ou j’tetue ». Reste le dernier : Sur la peau, pas franchement gai, ni léger.. Donc rien à voir avec la saison actuelle mais qui colle si bien aux thèmes de notre époque… Il fait passer quelque chose, comme s’il fallait changer le regard qu’ont les hommes sur les femmes, les rapports qu’ils ont avec elles et entre eux aussi… Comme s’il mettait à jour enfin la réalité des femmes au jour le jour dans ce vrai-faux monde où il y a un secrétariat d’état chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes mais où les annonceurs restent surpris des audiences de la coupe du monde de foot féminin. (Coucou Intermarché qui affiche des footeux hommes pendant que les femmes jouent! – Franchement un sponsor sur l’intimité féminine avant un match? C’est pour quand les pubs de dépistages de la prostate avant ceux des hommes…?).

Fin juin, Anais Bourdet, la créatrice de « paye ta shnek », a annoncé qu’elle jetait l’éponge car usée, plus la distance nécessaire et puis elle sentait qu’il était temps d’avancer autrement.. Changer notre manière d’appréhender ce problème des relations Hommes-Femmes. Et si au lieu de parler des victimes, on parlait des agresseurs ? Et si on éduquait nos fils afin qu’ils n’aient pas le même regard sur les femmes ? Ne perdons pas de temps à essayer de comprendre pourquoi ces hommes se permettent aujourd’hui de harceler leurs congénères.. Mais demandons nous comment faire pour que les enfants qui deviendront un jour des hommes puissent regarder les fillettes devenues femmes comme des partenaires, équipières ou mieux leur égal…

Quand les plus petits observent-ils une différence entre les sexes? Est-ce à la maison ? À l’école ? A l’extérieur ? Il existe de nombreux livres qui abordent le sujet chez les enfants ; par exemple, on retrouvera chez Elise Gravel l’excellent « Tu peux »; il y a « Les filles / Les garçons peuvent le faire aussi » de Sophie Gourion et Isabelle Maroger. Ou « la déclaration des droits des garçons / filles » de Elisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol. Idéalement, chaque enfant, fille ou garçon, devrait lire une œuvre sur le sexe opposé, histoire de combattre en douceur les idées reçues qu’il peut voir appliquer dans la vie de tous les jours..