Archives pour la catégorie livres

Nouvelle Année!

A partir du 31 décembre, et jusqu’à la fin du mois de janvier, on se souhaite à tous, sans presque plus réfléchir, une bonne année.. 

Au début, de façon festive.. et au fur et à mesure que janvier s’écoule, on s’essouffle.. on s’agace parfois.. Avons nous oublié quelqu’un? Tata Jojo? La boulangère ou la dame de la crèche? A t on utilisé les bons termes, la bonne manière?

Avant tout ça, cette année, on pourrait l’espace de quelques instants, regarder en arrière.. 

Voir le chemin parcouru: les progrès, les hésitations, les réussites, les échecs..

Lever la tête et contempler ce qui a été accompli.. sans complaisance, sans excuses, sans regrets.

Bravo!

Oui, bravo!

Cette année, comme toutes les autres, vous avez survécu. Vous avez vécu..

Les guerres qu’il y avait à mener, vous leur avez fait face.

Les douceurs qu’il y avait à distribuer, vous les avez données.

Avec ce que vous pouviez, avec tout ce dont vous étiez capable.

Bien sûr, vous avez fait des erreurs. Bien sûr, vous n’êtes pas parfait.e.

C’est évident!

Si vous l’étiez.. il n’y aurait pas d’histoires… il n’y aurait rien à améliorer. Rien à souhaiter pour l’année suivante..

Vous avez le droit d’être fatigué.e, d’être essoufflé.e.

Arrêtez vous, un peu, ou beaucoup.. Reposez vous.

Personne ne gravit une montagne sans marquer de pauses de temps en temps.

Et quand vous vous sentirez prêt.e, remettez vous en marche.

Parce qu’en fait, vous n’avez pas le choix que d’avancer.. même à votre rythme.. 

On peut dire ce qu’on veut.. Mais la Vie.. C’est ça.. Des hauts, des bas.. Des collines et des pics à gravir.. Des faux-plats ou des cuvettes… 

On nous fait croire que l’on peut atteindre un lieu Idyllique, une sorte d’Eden et que ce jour-là, nous deviendrons un être accompli, serons parfaitement heureux.. La Vérité, la Vraie: c’est que le paradis, c’est ici et ce que vous en faites.. Là où vous êtes.. Parce que vous y êtes.. et avec qui vous le vivez.

Profitez-en.. Rendez le meilleur de jour en jour.. N’attendez pas, n’attendez plus.. De rien, ni de personne. Avancez!

Je vous souhaite d’être fier.e de ce que vous avez vécu, de ce que vous êtes devenu.e. Je vous souhaite de savoir ce que vous voulez devenir durant cette nouvelle année.

J’espère que vous emprunterez la route adéquate pour y parvenir.. N’oubliez pas que si jamais vous vous perdiez en chemin, il sera toujours possible de revenir sur vos pas ou d’inventer un itinéraire-bis.

Enfin, je vous souhaite d’être entouré.e.. Des bonnes personnes.. Celles que vous aimez, celles qui vous aiment..  Vous savez, ces êtres qui vous acceptent tout entier.e, et ne veulent que votre bonheur…

J’espère que vous laisserez s’éloigner ceux qui ne feront qu’assombrir votre horizon ou votre quotidien. N’hésitez pas à garder vos yeux et vos bras ouverts pour accueillir celles et ceux qui en auraient besoin ou qui reviendraient à l’occasion..

Saupoudrez tout ça de quelques rêves et de rires joyeux… Vos pas n’en seront que plus légers!

Belle année 2020!

Bonne Année, Bonne Chance! (Guy Béart)

Lutte contre le harcèlement scolaire

Gabriel n’a pas 3 ans quand il entre en petite section de maternelle. Il y va parce que c’est l’année de ces 3 ans, il y va parce que ses parents pense qu’il est prêt: il s’exprime bien, il est très curieux, a envie de découvrir “l’école”, et il est propre. Gabriel a de la chance parce que son école n’est pas trop grande, il n’y a que 6 classes et sa maîtresse Béatrice a l’air gentille et très volontaire. Sa salle de classe est pleine de jouets et d’activités intéressantes mais la cour de récréation lui fait peur.. Il y a beaucoup d’enfants qui jouent, qui courent, qui crient… qui chahutent.. C’est nouveau pour Gabriel, enfant unique, et dont la nounou n’avait pas une vie sociale très développée..

Gabriel pleure souvent devant le portail parce que maman lui manque et qu’il ne sait pas quoi faire quand il est dehors, il ne connaît personne et ne sait pas jouer avec les autres enfants. Alors il reste avec la maîtresse dans la classe ou il suit Nathalie, son ATSEM, comme son ombre. Comme il est petit, on a conseillé à maman de le récupérer le midi et de le garder l’après-midi avec elle.. Mais maman, qui travaille et est enceinte, ne peut pas faire ça tous les jours et elle n’a personne à qui confier Gabriel. Même s’il ne va pas souvent à la garderie, les journées sont longues pour lui..

Et puis, avant les vacances de Noël, Gabriel se rapproche d’un petit garçon à l’air sérieux… Léo. Léo a 6 mois de plus que Gabriel et il est plus sûr de lui. Ils finissent l’année scolaire en devenant les meilleurs amis du monde.. L’un et l’autre s’amusent en tout et pour tout, si bien qu’ils sont souvent tous les deux pris à faire des bêtises… Béatrice, la maîtresse, préconise de les séparer à la rentrée prochaine afin d’éviter une sorte d’amitié exclusive qui les desservirait..

Septembre revient et les 2 garçons entrent en moyenne section mais chacun dans sa classe. Contrairement à d’autres parents, ceux de Gabriel, confiants, n’ont pas insisté auprès de la directrice pour que leur enfant soit avec ses amis de l’année passée. C’est ainsi que Gabriel se retrouve à nouveau avec des enfants qu’il ne connaît pas et avec une nouvelle maîtresse, un peu moins gentille que Béatrice. Léo, lui, est avec la quasi totalité de leur ancienne classe et avec une maîtresse souvent en arrêt maladie..

Très vite, et sans que personne ne puisse le remarquer, Gabriel est mis de côté dans la cour de récréation par les copains de l’année passée.. et ne connaissant pas ceux de sa nouvelle classe, qui se voyaient avant, il n’arrive pas à s’y intégrer… A moins de 4 ans, il est difficile de comprendre et d’accepter pourquoi des enfants ne voudraient plus jouer avec lui.. ou ne seraient tout simplement pas d’accord pour partager un jeu.. Gabriel a du mal à trouver sa place où qu’il soit.. dans sa classe avec cette maîtresse, si prompte à juger ses dessins, si vite agacée et impatiente quand il ne va pas assez vite.. Et dans la cour de récréation, Léo commence à se détourner de lui; pire, il lui interdit de jouer avec lui et les autres copains.. Il est mal à l’aise et, souvent, quand on le gronde, il rit, gigote, regarde ailleurs.. Gabriel ne sait plus où est sa place.. Il a l’impression de faire tout mal, tout le temps. Il se fait gronder souvent pour des broutilles mais qui à la longue sont trop répétitives.. Son attitude avec les autres enfants est parfois problématique et on doit souvent le reprendre. Léo accuse Gabriel de l’avoir bousculé, et presque de l’avoir tapé. Une maman lui reproche d’avoir déchiré la capuche d’un manteau…

A la maison, maman et papa ne comprennent pas bien ce qu’il se passe, d’autant que rien n’est facile pour eux non plus.. Mais quand la maîtresse les accuse de trop protéger leur enfant et de lui passer trop de choses, ils voient rouge tous les deux! Ils défendent leur famille et comprennent qu’il n’y a pas de dialogue possible avec cette femme.

Un soir, papa vient chercher Gabriel à l’école et en sortant, Léo les poursuit en criant: “Gabriel est méchant! Gabriel est nul! Gabriel est un bébé!” Papa se retourne face à Léo qui s’enfuit en courant, cherche des yeux la maman qui est au loin et n’a pas remarqué le manège de son fils. Papa s’agenouille devant Gabriel et lui dit: “Gabriel, c’est faux. Tu es un super petit garçon! et je t’aimerai toujours quoiqu’il arrive”.  Plus tard, en parlant avec Gabriel, les parents apprennent que tous les jours, Léo le poursuit dans la cour de récréation et l’empêche de jouer avec les autres enfants en lui hurlant dessus… Ce qui passe pour le jeu du chat et de la souris aux yeux des surveillants est en fait une interdiction systématique de la part de son ancien ami de s’approcher des autres. Parfois, Léo n’est pas seul et Gabriel est poursuivi par quelques enfants qui le montrent du doigt et le malmènent. Alors, au bout d’un moment, Gabriel, débordé par ses émotions, se met en colère et se défend comme il peut. Évidemment, il est attrapé par les adultes, grondé, et puni.. et catalogué comme… Violent.

L’équipe enseignante et encadrante a peu écouté papa et maman quand ils ont tenté de sonner l’alarme. Ils sont passés pour des parents trop protecteurs, trop à l’écoute.. et personne n’avait envie de comprendre ce qui se passait, et insister revenait à apposer une étiquette de harcèlement scolaire sur cette maternelle “familiale”. Alors les parents se sont trouvés bien démunis et sans savoir comment aider leur fils. Personne pour les conseiller. Enfin de compte, la Vie leur a donné un petit coup de pouce puisque les parents de Léo, mutés, sont partis en cour d’année et Gabriel, avec l’aide de la psy de la PMI, a pu finir l’année plus sereinement et se faire enfin des nouveaux amis en s’intégrant dans sa classe et en allant plus souvent au centre aéré.

Plus tard, la famille a décidé de quitter la ville. La nouvelle école de Gabriel est à l’opposé de l’ancienne.. Sa nouvelle maîtresse est impliquée et à l’écoute des enfants. Pour Gabriel, c’est le jour et la nuit..  A presque 5 ans, il se rend compte que ce qui était son quotidien ailleurs, ne devrait pas être une normalité.. Quelque part, il cherche à comprendre les réactions de ceux qu’il a en face de lui et c’est encore un grand mystère parfois pour lui…

Le harcèlement scolaire peut commencer à n’importe quel âge et toucher n’importe qui. C’est une situation complexe qu’il vaut mieux chercher à comprendre avant de montrer du doigt un coupable idéal. Les équipes enseignantes et encadrantes devraient être formées spécifiquement. Et tous les parents devraient être accompagnés pour mieux aider leurs enfants, harcelés ou harceleurs…

(La tendance de dénoncer sur les réseaux sociaux, c’est un peu faire justice soi-même.. Ce n’est pas une solution mais sans doute la seule sonnette d’alarme que trouvent certains parents pour que cela cesse.. Et si, on leur proposait une solution un peu moins extrême?)

Écoute et Regarde -4

Quelle nouvelle! JJG est sur les web players! Résistant ou passéiste.. En tout cas, il a changé d’avis et ça cartonne! Goldman, c’est pas juste les enfoirés, les “je te donne” ou “je marche seul”… Nan.. Goldman, c’est aussi la fin des années 70, le début des 80.. Avec des chansons à texte ou une rythmique qui vous restent dans la tête! La discographie de Jean-Jacques.. Tout le monde croit la connaître.. Mais la vérité, c’est qu’il est toujours possible de la (re)découvrir selon un instant T dans notre propre vie.. d’y mettre notre pathos selon le vécu du moment.. Ou d’en comprendre le sens, enfin…

Bon, si on s’arrête aux “Génération Goldman”, y’a de quoi critiquer et envoyer aux orties cet artiste qu’on entend déjà tout le temps sur les ondes…et avec les mêmes chansons… Alors, évidemment, on aime ou on aime pas.. Mais allez quand même jeter un coup d’œil sur les spotify et autres deezer, dénichez un de ses vieux albums, et écoutez le.. un peu.. ou beaucoup.. Vous verrez que Goldman, c’est plus qu’un marseillais parti vivre en Angleterre, et un peu mieux que le faiseur de tubes pour chanteuses et chanteurs en mal d’inspiration ou de popularité..

Ce qui est bien avec internet, c’est qu’on peut retrouver toutes sortes de musiques.. Dont celles de nos séries préférées ou des films qui nous restent en tête… Cela les rend accessibles instantanément pour peut-être nous donner envie de les revoir.. sans oublier d’aller découvrir de nouvelles images sur la toile… Cette semaine, au cinéma, il y a du drôle, du moins-drôle.. des histoires de famille, de femmes.. et un “dessin animé” qui raconte un après-guerre terrible et pas si lointain..
Septembre a ce quelque chose de tragique ou tout du moins de sérieux. Une saison légère, celle où tout est possible, n’en finit pas de se terminer pour laisser la place à la mélancolie dans une langueur orangée-rouge. Dans les librairies, fleurissent des agendas, boites à outils et autres organiseurs de vie; des romans sérieux aux couvertures classiques et aux titres classieux.. A-t-on vraiment le temps de lire en septembre? En a-t-on le goût, plutôt que de rêvasser aux vacances terminées il y a peu? La rentrée littéraire vous inspire-t-elle? On parlera du décès de Tony Morrison par ici, des derniers  Nothomb et Darrieusecq par là et vous vous demanderez si Mazarine Pingeot a écrit une fiction ou une réalité vécue par sa nièce.. Ou peut-être finirez vous par lire une “vieillerie” de la rentrée 2018 mi-fiction/mi-réalité écrite par Baptiste Beaulieu: Toutes les histoires d’amour du monde.

Rentrée 2019-2020

Qu’on n’en puisse plus ou qu’on n’en ait pas envie, cette semaine, c’est la rentrée pour tous les enfants de France qui ont l’âge d’aller à l’école et qui ne pratiquent pas le homeschooling (comprendre la classe à la maison). Il est probable que les plus petits aient commencé la crèche et autres gardes de la petite enfance depuis quelques jours, alors pour eux.. ce n’est que la juste suite de ce qu’ils ont déjà expérimenté la semaine dernière…

Voilà nos amours qui reprennent leurs activités d’enfants; sur les bancs de l’école ou à la récré, ils vivent sans nous des expériences de tous genres.. Nous ne pourrons qu’écouter les bribes d’anecdotes qu’ils voudront bien nous raconter et essayer de traduire les baragouinages des plus jeunes..

Il y aura sans doute eu un peu de stress, quelques larmes, des sauts d’excitations, des câlins un peu plus longs, des bisous volés.. la rétrospective mentale des années passées face à nos bambins qu’on aura pas vu grandir…  De toute façon, les jours sont longs mais les années passent vite.. et c’est encore plus vrai en été..

Alors.. 

Vous vous êtes préparés! Vous avez fait vos courses de rentrée en avance.. (même si pas autant que les grands magasins qui, eux, sont prêts depuis août) Vous avez négocié pour garder une année de plus le cartable vieillissant contre l’achat d’un sweat zippé trop cooooool (lire avec le ton siou-plaît!). Vous avez encore une fois hésité à faire une commande sur les sites d’étiquettes , avez finalement opté pour l’inscription au bic dans un coin de chaque vêtement.. Mais avez craqué pour les jolies gourdes et des packs gouters qui seront plus pratiques et un peu plus écolos.. Et puis, évidemment un tour sur le Luniistore pour acheter les dernières histoires en date sur la rentrée scolaire… Leurs habits et sacs ont tous été préparés hier soir, choisis avec eux.. Tout le monde a dîné assez tôt pour qu’ensuite ils aient le temps de jouer tranquillement avant de se brosser les dents, se mettre en pyjama, choisir les livres, écouter l’histoire de papa, puis la boîte à histoires.. un dernier câlin de maman.. et hop! à 21h, extinction des feux!

La bonne blague…!  ça, c’est ce que vous aviez prévu, rêvé… Mais en vrai.. la dernière semaine de vacances des enfants a été un peu chaotique.. le retour des rituels pas vraiment suivis.. les négociations pour glaces, bonbons et autres dessins animés quasi permanentes… Valises défaites.. ou pas vraiment.. ou un peu.. Maison dans son jus..

Il est temps de revenir à la vraie vie.. et à son quotidien qui, à cet instant, semble rassurant et un brin moins fatigant… Vous irez sur le net trouver des fournitures bradées; chez decathlon, vous exhumerez les derniers modèles assez robustes pour survivre au mois de septembre, les habits des uns iront aux autres.. et..

… ce sera très bien comme ça…
Parce que.. Tout ira bien. Si, si.. C’est sûr.. Tout ira bien. Vous avez équipé vos enfants avec le strict nécessaire: l’Amour.. Le reste, c’est surfait.. Le reste.. c’est du bonus..

Alors, ça ira.. Que vous les ayez déposé ce matin tranquillement ou à la va-vite.. Avec un bisou sur la joue ou dessiné sur la main.. Que vous les ayez pris en photo avant de partir, ou glissé une photo de famille dans leurs sacs.. Vos enfants savent que quoiqu’il leur arrive aujourd’hui et par la suite, vous serez là, pas loin, toujours un peu sur le qui-vive, pour les défendre ou les accueillir. En tout cas, pour les aimer et les accompagner..

Haaave you met…Lucile Gomez

Lucile est dessinatrice et Méphistofelix, son chat.. un petit diablotin félin à la fois ironique, franc, et peut être un peu jaloux..

Ces illustrations pleines d’humour et de tendresse se regardent sur Fb, Instagram, dans des magazines comme Phosphore ou sur ses sites… Ainsi que dans la lettre 6 envoyée à eux qui s’inscrivent tous les 6 du mois à 06h06, 6 observations à lire en 6 minutes..

Les thèmes abordés sont plutôt variés: de l’adolescence à la parentalité, de la vie de tous les jours à la vie de couple, les copines et le chat..

Bref, il y en a pour tout le monde.. surtout que sa plume intelligente est légère… même pour les sujets sensibles comme le rapport au corps.. et toujours quelque part, on parle d’amour.. de soi.. de l’autre.. de l’enfant.. du chat.

Écoute et Regarde -3

Quand vous en aurez marre d’écouter le même album de comptines, et que vous n’aurez pas envie que vos enfants chantent le dernier Soprano, alors vous serez heureux de pouvoir explorer le monde des radios enfantines.. Certaines sont plutôt classiques, comme Radio Pomme d’api ou Radio Ouistiti, elles ont souvent une appli mobile, comme Radio Barbouillots, d’autres font clairement dans le 80’s revival à l’image de Superloustic et les dernières essayent d’être les plus complètes possible en proposant plusieurs choix. Elles proposent toutes une programmation adaptée aux journées de vos enfants et il ne vous sera pas impossible de les laisser mettre l’ambiance à la maison. Quelques unes diffusent même des histoires lues par des célébrités ou des inconnus, parfois venues d’autres cultures. Finalement, c’est une bonne occasion de permettre à vos bambins de se forger une solide culture musicale qui ira au-delà de vos propres goûts musicaux sans que cela ne vous coûte une fortune.

Cet été, vous allez pouvoir faire connaître à vos enfants une histoire que vous n’avez pas pu manquer plus jeune: Le Roi Lion… C’est la mode ces derniers temps de revisiter sous forme de films les dessins animés de notre enfance.. La plupart du temps, et cela semble être le cas ici, ils essaient de rester fidèles à l’original. Beaucoup de films féminins cette semaine sont à l’affiche: Her Smell, Wild Rose, Le voyage de Marta, 100kg d’étoiles, le coup du siècle, Te Ata… Pour ne citer qu’eux.. Le reste des films présentés ne seront pas opposés à ceux-là comme étant masculins.. Yuli fait plutôt figure de biographie, Roads de film initiatique, Persona non grata comme un bon polar, L’oeuvre sans auteur est une sorte de fresque historique… Les premiers approfondissent la notion de féminité: en mettant en scène des femmes face à leurs contradictions, à la nécessité de faire des choix (femme, mère, artiste), à la découverte d’un autre monde que celui dans lequel on veut les confiner, à la possibilité de poursuivre des rêves… Tout en abordant en filigrane la question de l’amour de soi, d’être à soi.. Que les femmes sont les premières à avoir tendance à mettre de côté..

Et puis parce qu’il faudra bien se poser sur une chaise longue, une serviette de plage ou un confortable fauteuil, vous pourriez vous plonger dans ce premier roman si actuel: Après la fête de Lola Nicolle. Dans le Paris d’aujourd’hui, comment passer de l’adolescence à l’âge adulte et faire face à la réalité du monde..Et si le coeur vous en dit, jetez un coup d’oeil à Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon..

Haaave you met.. Kiffe ton cycle?

Qui à la maison, en sortie, dans son travail n’a pas déjà entendu ce genre de réflexion: “bah, elle a ses règles ou quoi?”? Qui n’a pas subi les conséquences d’un cycle menstruel douloureux, fatigant, perturbant, décevant, étonnant, disruptif…? Il y a quelques chose de tabou dans ce phénomène mensuel qui a toujours empêché une compréhension plus globale et bienveillante du corps féminin.

Oooh, bien sûr, on a tous assisté à nos cours de biologie.. Et franchement, c’est un désastre.. Pourquoi?  Parce que si notre éducation sur la biologie et l’anatomie des corps dépend du bon vouloir et du talent d’un professeur des écoles, in fine notre éducation sexuelle également… Sans aller jusqu’aux positions du KAMASUTRA, il apparaît que personne, absolument personne, ne nous parle ou ne nous intéresse au corps féminin tel qu’il est ressenti par… nous… Personne?

Non, il y en a une qui a décidé d’observer son corps et son cycle. Il y en a une qui a décidé de faire d’elle-même une alliée… C’est Gaëlle Baldassari de kiffetoncycle.fr

Évitons de parler des clichés, du rôle de la Femme dans l’ancien temps et du caractère reproducteur très réducteur du sexe féminin. Évitons également de mentionner les remises en question régulières dans certains pays du droit de la Femme à disposer de son corps. Mais nous pouvons regretter que de nos jours une femme puisse à ce point méconnaître son corps qu’elle en déteste son cycle ou le néglige. Parce que lorsque l’on connaît quelque chose, on l’accepte mieux et on peut se battre par et pour lui.

Nous pouvons saluer le clitoris et son retour (ou arrivée) sur la scène de l’information… Cela dit, le plaisir n’est pas tout.. Il y a la vie au quotidien.. Avant de choisir parmi la multitude de mode de contraception qui ont « libérés » nos mères, il est important de s’observer, de se connaître et s’accepter. Parce qu’il doit être pris en conscience et en connaissance… Mais comment savoir que l’on sait tout ce qu’il y à savoir quand déjà la grande inconnue est notre propre corps??

Gaëlle propose des formations avec des vidéos délivrées sur plusieurs semaines, a écrit un livre, tient un blog, une page facebook

Par les temps qui courent, et surtout avec les réseaux sociaux – parce que courir, c’est fatigant-, une jeune fille doit être informée de la meilleure de manière, c’est à dire sans tabou, sans jugements et avec bienveillance. On est loin des temps obscurs où le sang était impur et la femme devait se cacher.. (Ah bon? Partout?) Enfin, lorsqu’une femme se décide à fonder une famille avec un.e partenaire, et qu’elle rencontre des difficultés, elle met encore trop de temps à être diagnostiquée d’une maladie comme l’endométriose. Pourquoi?  Parce qu’elle met du temps à en parler aux médecins qui la suivent, elle ne fait le lien que tardivement et ses docteurs aussi… Pourquoi? Principalement, parce qu’est encore bien ancrée dans les esprits que quand on a ses règles, on souffre, et c’est normal… NON! Avoir des règles douloureuses n’est pas normal, ce n’est pas la conséquence des actes mauvais perpétrés par la Femme depuis des générations, une femme ne paye pas ses crimes en perdant du sang chaque mois. 
Finalement, Gaëlle introduit l’idée que notre corps peut être notre meilleur allié, qu’un cycle peut être un coach extraordinaire, et rien que ça, ne serait-ce que l’envisager, c’est une petite révolution…  🙂

J’veux du soleil!

Aaaah, le soleil! Ami ou ennemi, qui peut le dire? On se languit en automne, on l’attend avec impatience pendant l’hiver.. Et quand il est là, avec sa copine la canicule, on ne sait plus trop si on le supporte… Expérimenter une journée caniculaire avec des enfants en bas âge peut être relativement pénible.. Fort heureusement, les journées simplement chaudes et ensoleillées sont plus nombreuses et c’est d’elles dont il faut se protéger principalement.

Il suffit juste d’envisager les choses sous un angle différent: le bronzage, c’est joli, c’est beau, mais il s’agit avant tout d’une réaction de défense contre les rayons. Si le soleil permet de fabriquer de la Vitamine D; à haute dose, il devient cancérigène. Il y a donc certaines choses à faire et d’autres à éviter.. -On ne s’expose pas entre 11h et 16h. C’est LA période de la journée qu’il faut éviter. -S’habiller avec des vêtements, anti-uv serait un plus. -Porter casquette / chapeau et lunettes de soleil dont l’indice sera adéquat à la situation (voiture/mer/montagne..) -Prévoir une protection solaire à indice élevé et à appliquer régulièrement.

Ne pas s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes de la journée, c’est envisageable.. Puisqu’une grosse partie a lieu durant la sacro-sainte sieste! Quoiqu’on n’a parfois pas le choix selon l’activité pratiquée, le travail à effectuer..etc.. Notez que les jeunes enfants de moins de 3 ans n’ont pas de défense efficace contre les UV, aussi, si l’on ne peut faire autrement, veillez à bien les protéger. 

Pourquoi pas en les habillant de vêtements amples et clairs? Si les vêtements de ville avec protection anti-uv sont encore discrets, les maillots et autres combinaisons se démocratisent. On trouvera des créations françaises et des experts ou sur les boutiques du net et dans cette enseigne qui vous permet d’être à fond la forme….  En tout cas, ne pas négliger les grands classiques que sont les couvre-chefs! Chapeaux de paille, casquettes, bonnets ou bobs… Passez par ici et là pour en savoir plus sur “comment choisir son chapeau”..  Cela dit, si vous êtes plutôt chapeau chiffonné glissé dans le sac au cas où.. ça marche aussi.. L’essentiel étant que vous l’ayiez avec vous.. Tout comme les lunettes de soleil, qui ne sont pas QUE des accessoires de mode.. Les yeux des enfants, par exemple, sont très sensibles, et ont besoin d’un filtre efficace. Suivez donc quelques critères indispensables et fuyez les lunettes de pacotilles! Selon l’endroit où vous irez, vous n’en aurez pas le même usage et vérifiez notamment si vous pourrez conduire avec, en consultant la classification européenne.

Mais le débat est ailleurs… Ce sont les crèmes solaires qui posent des questions philosophiques, écologiques, économiques… Bref.. Des discussions sans fin.. Ce qu’il faut retenir:  Les crèmes solaires classiques, c’est pô bien pour plusieurs raisons: 1- En passant de votre peau à la surface de l’eau, elles empêchent les UV de traverser l’eau et provoquent le blanchiment puis la mort des coraux et donc la destruction de la vie marine. 2- Mettre sur votre peau des filtres chimiques ne garantit pas que vous ne bronziez pas, et il n’est pas implicite que ces composants soient “bons” pour la peau

Les crèmes solaires avec filtres minéraux, seraient mieux: 1- A condition qu’il n’y ait pas de nano particules et de bannir l’aluminium.. Il est dit parfois d’éviter les sprays.. 2- C’est encore mieux si elle est française et dans un récipient recyclable..

Saviez vous que certains endroits dans le monde ont ou vont interdire les crèmes solaires chimiques, comme Hawaii, Les Palaos, Key West, Miami?  Finalement, que l’on soit un peu sensible aux questions environnementales, ou juste préoccupé de ce que l’on applique sur notre peau, on ne peut pas passer à côté de ce dilemme.. Les tests de UFC Que choisir provoquent des débats.. et des journalistes comme Julien Venesson parlent d’inefficacité démontrée scientifiquement..

Peut-être pourrions nous en conclure que comme tout dans la vie, pratiquer l’excès ne réussit à personne… Et si le soleil donne la même couleur aux gens, autant éviter les brûlures d’une exposition trop prolongée..

Panem et circenses

Le 11 juillet 1987, la population mondiale a atteint 5 milliards de personnes. Depuis 1990, cette journée est célébrée pour alerter et sensibiliser aux différents défis auxquels le genre humain va devoir faire face. Cela veut donc dire que, au moins depuis les années 90, on sait que l’expansion de la population mondiale peut poser problème.. Dans certains pays, souvent les plus pauvres, on constate un manque de nourriture, des conditions sanitaires inacceptables, une mortalité infantile, voire maternelle, élevée et une pollution extrême.

En 30 ans, la population mondiale aurait augmenté de presque 3 milliards d’humain. Les solutions proposées pour favoriser une meilleure qualité de vie et limiter la croissance sont :

  • L’éducation
  • La planification familiale
  • Une agriculture durable et raisonnable
  • Le commerce équitable    

Quand on lit ce genre de liste, on pense aux pays défavorisés, ou en développement.. Qui n’ont pas les moyens des pays riches.. Pourtant, ce n’est pas parce qu’on a plus de possibilités qu’on est un bon élève. Et c’est sans compter les religions et autres lobbys qui servent avant tout leurs intérêts ou leurs croyances plutôt que notre chère planète Terre. Rien qu’en France, les moyens financiers sont sans doute présents mais ils ne sont pas utilisés à bon escient… La Santé, l’Ecole, l’Agriculture, trois univers qui auraient bien besoin d’un coup de pouce pour tendre vers le mieux… A la place, on divertit le peuple avec des événements sportifs et on s’indigne pour des causes historiques en péril… Il paraît qu’il y a des gens qui, dans un soucis écologique, ont décidé de ne pas avoir d’enfants… C’est un choix qu’ils expliquent et vivent très bien. Tout le monde ne le fera pas.. Alors quoi? Une bonne guerre mondiale, histoire de faire un peu le ménage? Une catastrophe écologique? Humanitaire? Une épidémie faute de vaccins? Une visite de Thanos?

Que faudrait-il faire?

Doit-on vraiment endiguer, contrôler le nombre de naissance? C’est un vaste sujet… Qui est intimement lié à la question écologique… Et si nous décidions tous de prendre cela au sérieux?  C’est à dire, et si nous cessions de consommer et polluer en premier lieu… que nous nous soucions de nos déchets, et de leur traitement? Et si on mettait suffisamment la pression aux grandes entreprises pour qu’elles fassent leur part? Parce que bien sûr que chacun peut faire un peu, mais leur responsabilité est énorme. Et nous, petits colibris, ne sommes pas les plus pollueurs. La question de la population serait probablement moins angoissante après tout cela..

Parce que la croissance économique en conduisant à une surexploitation des ressources naturelles de la planète, ne mènera qu’à la destruction de notre monde.. Parce qu’il faut avoir conscience que la mer commence à la première bouche d’égout, qu’il y a parfois des achats irraisonnés et inutiles, que les objets ont une histoire avant qu’on se les ai appropriés et après qu’on les ai abandonnés, souvent dramatiquement humaine… Que la consommation est désormais l’expression de notre conscience citoyenne.

Si les grands de ce monde voulaient bien se décider, en favorisant l’éducation, et la planification familiale, en développant une agriculture durable et raisonnable ainsi qu’un commerce équitable. Alors, on peut espérer qu’être nombreux sur Terre ne soit pas un si grand problème.. Saviez vous qu’à la fin des années 80, un consensus international visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre était près de voir le jour? Mais c’était sans compter John Sununu, l’un des premiers climato-sceptique et accessoirement chef de cabinet du gouvernement Bush, qui participa à élaborer une stratégie du doute afin de protéger les profits des grandes entreprises. C’est édifiant! Pour en savoir plus, lisez le livre de Nathaniel Rich “Perdre la terre”.

Peut-on dire que cette journée mondiale est aussi là pour nous rappeler que si nous, humains, ne faisons que passer, cela ne veut pas dire que nous ne laissons pas de traces indélébiles?

Écoute et Regarde -2

Ce qui est chouette avec Jason Mraz, en dépit de son nom à coucher dehors, c’est sa musique festive et légère… Chez Jack Johnson, dont le nom ressemble plutôt à une bouteille de whisky, il y a un côté grasse mat’ et douceur de vivre. C’est presque rétro, puisque ces 2 artistes se sont fait connaître au début des années 2000. Quoi de mieux que de se balader avec leurs chansons en bande originale de votre vie estivale? Ça peut sembler niaiseux, mais écoutez-les, il y en a forcément une parfaite pour vous accompagner.

Cette semaine, vous pourrez aller entre copains ou avec votre moitié, voir un film d’horreur, Annabelle : la maison du mal, 2 films d’action, Stuber et Anna ; enfin, un film un peu polar et dans l’air du temps, Sur la peau. Les enfants seront contents d’aller voir Uglydolls, petite fable dessinée sur la tolérance et l’importance de comprendre que l’on est tous différents, tous beaux à notre manière…  Pas sur que l’Annabelle, citée plus haut, soit vraiment superbe, bien qu’elle soit très douée, en tout cas, pour donner les chocottes.. Anna est très jolie, bien qu’elle ait un petit air de Nikita remastérisée.. Quand à Stuber, son titre comme son personnage principal ressemblent au statut des chauffeurs VTC, c’est à dire à pas grand chose… Mais il a suffisamment de drôlerie pour qu’il ne soit pas qu’un film « tais-toi, roule ou j’tetue ». Reste le dernier : Sur la peau, pas franchement gai, ni léger.. Donc rien à voir avec la saison actuelle mais qui colle si bien aux thèmes de notre époque… Il fait passer quelque chose, comme s’il fallait changer le regard qu’ont les hommes sur les femmes, les rapports qu’ils ont avec elles et entre eux aussi… Comme s’il mettait à jour enfin la réalité des femmes au jour le jour dans ce vrai-faux monde où il y a un secrétariat d’état chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes mais où les annonceurs restent surpris des audiences de la coupe du monde de foot féminin. (Coucou Intermarché qui affiche des footeux hommes pendant que les femmes jouent! – Franchement un sponsor sur l’intimité féminine avant un match? C’est pour quand les pubs de dépistages de la prostate avant ceux des hommes…?).

Fin juin, Anais Bourdet, la créatrice de « paye ta shnek », a annoncé qu’elle jetait l’éponge car usée, plus la distance nécessaire et puis elle sentait qu’il était temps d’avancer autrement.. Changer notre manière d’appréhender ce problème des relations Hommes-Femmes. Et si au lieu de parler des victimes, on parlait des agresseurs ? Et si on éduquait nos fils afin qu’ils n’aient pas le même regard sur les femmes ? Ne perdons pas de temps à essayer de comprendre pourquoi ces hommes se permettent aujourd’hui de harceler leurs congénères.. Mais demandons nous comment faire pour que les enfants qui deviendront un jour des hommes puissent regarder les fillettes devenues femmes comme des partenaires, équipières ou mieux leur égal…

Quand les plus petits observent-ils une différence entre les sexes? Est-ce à la maison ? À l’école ? A l’extérieur ? Il existe de nombreux livres qui abordent le sujet chez les enfants ; par exemple, on retrouvera chez Elise Gravel l’excellent « Tu peux »; il y a « Les filles / Les garçons peuvent le faire aussi » de Sophie Gourion et Isabelle Maroger. Ou « la déclaration des droits des garçons / filles » de Elisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol. Idéalement, chaque enfant, fille ou garçon, devrait lire une œuvre sur le sexe opposé, histoire de combattre en douceur les idées reçues qu’il peut voir appliquer dans la vie de tous les jours..