Archives pour la catégorie ALSH/ACM

Lutte contre le harcèlement scolaire

Gabriel n’a pas 3 ans quand il entre en petite section de maternelle. Il y va parce que c’est l’année de ces 3 ans, il y va parce que ses parents pense qu’il est prêt: il s’exprime bien, il est très curieux, a envie de découvrir “l’école”, et il est propre. Gabriel a de la chance parce que son école n’est pas trop grande, il n’y a que 6 classes et sa maîtresse Béatrice a l’air gentille et très volontaire. Sa salle de classe est pleine de jouets et d’activités intéressantes mais la cour de récréation lui fait peur.. Il y a beaucoup d’enfants qui jouent, qui courent, qui crient… qui chahutent.. C’est nouveau pour Gabriel, enfant unique, et dont la nounou n’avait pas une vie sociale très développée..

Gabriel pleure souvent devant le portail parce que maman lui manque et qu’il ne sait pas quoi faire quand il est dehors, il ne connaît personne et ne sait pas jouer avec les autres enfants. Alors il reste avec la maîtresse dans la classe ou il suit Nathalie, son ATSEM, comme son ombre. Comme il est petit, on a conseillé à maman de le récupérer le midi et de le garder l’après-midi avec elle.. Mais maman, qui travaille et est enceinte, ne peut pas faire ça tous les jours et elle n’a personne à qui confier Gabriel. Même s’il ne va pas souvent à la garderie, les journées sont longues pour lui..

Et puis, avant les vacances de Noël, Gabriel se rapproche d’un petit garçon à l’air sérieux… Léo. Léo a 6 mois de plus que Gabriel et il est plus sûr de lui. Ils finissent l’année scolaire en devenant les meilleurs amis du monde.. L’un et l’autre s’amusent en tout et pour tout, si bien qu’ils sont souvent tous les deux pris à faire des bêtises… Béatrice, la maîtresse, préconise de les séparer à la rentrée prochaine afin d’éviter une sorte d’amitié exclusive qui les desservirait..

Septembre revient et les 2 garçons entrent en moyenne section mais chacun dans sa classe. Contrairement à d’autres parents, ceux de Gabriel, confiants, n’ont pas insisté auprès de la directrice pour que leur enfant soit avec ses amis de l’année passée. C’est ainsi que Gabriel se retrouve à nouveau avec des enfants qu’il ne connaît pas et avec une nouvelle maîtresse, un peu moins gentille que Béatrice. Léo, lui, est avec la quasi totalité de leur ancienne classe et avec une maîtresse souvent en arrêt maladie..

Très vite, et sans que personne ne puisse le remarquer, Gabriel est mis de côté dans la cour de récréation par les copains de l’année passée.. et ne connaissant pas ceux de sa nouvelle classe, qui se voyaient avant, il n’arrive pas à s’y intégrer… A moins de 4 ans, il est difficile de comprendre et d’accepter pourquoi des enfants ne voudraient plus jouer avec lui.. ou ne seraient tout simplement pas d’accord pour partager un jeu.. Gabriel a du mal à trouver sa place où qu’il soit.. dans sa classe avec cette maîtresse, si prompte à juger ses dessins, si vite agacée et impatiente quand il ne va pas assez vite.. Et dans la cour de récréation, Léo commence à se détourner de lui; pire, il lui interdit de jouer avec lui et les autres copains.. Il est mal à l’aise et, souvent, quand on le gronde, il rit, gigote, regarde ailleurs.. Gabriel ne sait plus où est sa place.. Il a l’impression de faire tout mal, tout le temps. Il se fait gronder souvent pour des broutilles mais qui à la longue sont trop répétitives.. Son attitude avec les autres enfants est parfois problématique et on doit souvent le reprendre. Léo accuse Gabriel de l’avoir bousculé, et presque de l’avoir tapé. Une maman lui reproche d’avoir déchiré la capuche d’un manteau…

A la maison, maman et papa ne comprennent pas bien ce qu’il se passe, d’autant que rien n’est facile pour eux non plus.. Mais quand la maîtresse les accuse de trop protéger leur enfant et de lui passer trop de choses, ils voient rouge tous les deux! Ils défendent leur famille et comprennent qu’il n’y a pas de dialogue possible avec cette femme.

Un soir, papa vient chercher Gabriel à l’école et en sortant, Léo les poursuit en criant: “Gabriel est méchant! Gabriel est nul! Gabriel est un bébé!” Papa se retourne face à Léo qui s’enfuit en courant, cherche des yeux la maman qui est au loin et n’a pas remarqué le manège de son fils. Papa s’agenouille devant Gabriel et lui dit: “Gabriel, c’est faux. Tu es un super petit garçon! et je t’aimerai toujours quoiqu’il arrive”.  Plus tard, en parlant avec Gabriel, les parents apprennent que tous les jours, Léo le poursuit dans la cour de récréation et l’empêche de jouer avec les autres enfants en lui hurlant dessus… Ce qui passe pour le jeu du chat et de la souris aux yeux des surveillants est en fait une interdiction systématique de la part de son ancien ami de s’approcher des autres. Parfois, Léo n’est pas seul et Gabriel est poursuivi par quelques enfants qui le montrent du doigt et le malmènent. Alors, au bout d’un moment, Gabriel, débordé par ses émotions, se met en colère et se défend comme il peut. Évidemment, il est attrapé par les adultes, grondé, et puni.. et catalogué comme… Violent.

L’équipe enseignante et encadrante a peu écouté papa et maman quand ils ont tenté de sonner l’alarme. Ils sont passés pour des parents trop protecteurs, trop à l’écoute.. et personne n’avait envie de comprendre ce qui se passait, et insister revenait à apposer une étiquette de harcèlement scolaire sur cette maternelle “familiale”. Alors les parents se sont trouvés bien démunis et sans savoir comment aider leur fils. Personne pour les conseiller. Enfin de compte, la Vie leur a donné un petit coup de pouce puisque les parents de Léo, mutés, sont partis en cour d’année et Gabriel, avec l’aide de la psy de la PMI, a pu finir l’année plus sereinement et se faire enfin des nouveaux amis en s’intégrant dans sa classe et en allant plus souvent au centre aéré.

Plus tard, la famille a décidé de quitter la ville. La nouvelle école de Gabriel est à l’opposé de l’ancienne.. Sa nouvelle maîtresse est impliquée et à l’écoute des enfants. Pour Gabriel, c’est le jour et la nuit..  A presque 5 ans, il se rend compte que ce qui était son quotidien ailleurs, ne devrait pas être une normalité.. Quelque part, il cherche à comprendre les réactions de ceux qu’il a en face de lui et c’est encore un grand mystère parfois pour lui…

Le harcèlement scolaire peut commencer à n’importe quel âge et toucher n’importe qui. C’est une situation complexe qu’il vaut mieux chercher à comprendre avant de montrer du doigt un coupable idéal. Les équipes enseignantes et encadrantes devraient être formées spécifiquement. Et tous les parents devraient être accompagnés pour mieux aider leurs enfants, harcelés ou harceleurs…

(La tendance de dénoncer sur les réseaux sociaux, c’est un peu faire justice soi-même.. Ce n’est pas une solution mais sans doute la seule sonnette d’alarme que trouvent certains parents pour que cela cesse.. Et si, on leur proposait une solution un peu moins extrême?)

Les activités extra-scolaires

A y est.. Le mois d’octobre est bien là.. C’est foutu pour les essais gratuits des différentes activités proposées dans votre commune.. Vous avez tout écumé.. Le cirque, le base-ball, la capoeira, l’éveil à la musique, piscine, théâtre, le foot … les échasses…. Maintenant, il va falloir choisir et payer … ou renoncer..!

Certains vous diront: “Rien avant le CP!”; d’autres vous expliqueront qu’il ne faut pas plus d’une activité par semaine… Du coup, vous culpabilisez, ou vous vous posez des questions…. Ce qui ne change pas grand chose.. Vu qu’en tant que parent du 21e siècle, vous passez déjà votre temps à vous poser des questions et à culpabiliser… et vice-et-versa… Bref!
Donc, vous sentez bien que votre aîné.e y gagnerait à voir autre chose que sa classe ou le centre aéré… Parce que c’est aussi ça, les activités extra scolaires.. C’est une sorte de découverte d’un autre monde.. un endroit ou papa et maman n’y connaîtraient pas forcément grand chose, un endroit ou, en tout cas, ils ne seraient plus les seuls maîtres à bord.. ça faisait un moment que ça vous démangeait.. de l’envoyer se frotter un peu à une autre forme d’autorité qui lui inculquerait quelques valeurs l’air de rien.. avec en prime des ami.e.s de tout âge, en dehors de l’école..

Encore faut-il que votre ville ou ses proches voisines proposent une activité potable, accessible financièrement et géographiquement parlant.. Nan parce que bon.. les fins de journées hivernales, où vous serez bien content.e de rentrer à la maison pour ne plus ressortir: terminées! Et les grasse mat’ bien méritées après une dure semaine de labeur et de charge mentale domestique: terminées! A la place, vous aurez le droit de ressortir dans le froid pour le/la déposer au gymnase de Trifouillis-les-Oies, attendre dans la voiture ou aller faire les courses (parce qu’il faut bien mutualiser les déplacements).. Vous lever à 7h du mat un dimanche pluvieux et faire le taxi pour 3 ados qui courront après un ballon oval ou rond.. ou …mais qu’est ce que c’est que ce sport???

Vous êtes sûr.e? Vraiment? A t il vraiment besoin de travailler sa motricité? Est ce qu’elle ne pourrait pas aussi bien tisser un lien avec son petit poney à paillettes plutôt qu’avec le cheval du haras du coin?

En fait, tout dépend du prisme avec lequel vous regardez votre enfant.. Parce qu’on le sait tous.. Hein, votre enfant n’a besoin que de vous.. d’une famille.. d’amour.. toussa toussa.. Oui mais…

S’ouvrir au monde.. Découvrir les liens que partage une équipe.. Apprendre la patience et la persévérance.. Écouter des conseils.. Développer une sensibilité et être capable de l’exprimer… Essayer, encore et encore… Tomber, parfois.. Gagner souvent… Des larmes, de la sueur, de la fierté.. Tout donner, s’économiser un peu, ou tout perdre.. Feindre, s’entraider, tester, tenter.. Avoir une passion, et puis une autre et encore une autre.. être curieux de tout, et ne rien s’interdire.. Rester sur le banc ou s’avancer dans la lumière.. Vaincre le trac ou perdre ses moyens..

Toutes ces expériences, votre enfant mérite de les vivre.. pendant un an.. ou 2 .. Des mois ou quelques semaines.. Il a le droit de changer d’avis, d’avoir des mauvais jours ou juste, d’être fatigué… Il se blessera peut-être, et vous le relèverez. Que vous l’inscriviez ou non.. Ce qui compte, c’est qu’il s’y retrouve.. Lui.. Pas vous.. C’est un peu ça la parentalité, non? Et si vous y perdez quelques chèques en route, dites vous que c’est un investissement sur l’avenir.. Le sien..

Maintenant, allez donc faire les beaux jours des généralistes en cette fin d’année pour obtenir le certificat d’aptitude pour compléter son inscription… Il y aura peut-être parmi tous les parents qui patientent comme vous quelques individus qui ne seront pas contre la création d’un club de supporters, prêts à lever le coude pour fêter les victoires et tendre la main pour relever la tête!

J’veux du soleil!

Aaaah, le soleil! Ami ou ennemi, qui peut le dire? On se languit en automne, on l’attend avec impatience pendant l’hiver.. Et quand il est là, avec sa copine la canicule, on ne sait plus trop si on le supporte… Expérimenter une journée caniculaire avec des enfants en bas âge peut être relativement pénible.. Fort heureusement, les journées simplement chaudes et ensoleillées sont plus nombreuses et c’est d’elles dont il faut se protéger principalement.

Il suffit juste d’envisager les choses sous un angle différent: le bronzage, c’est joli, c’est beau, mais il s’agit avant tout d’une réaction de défense contre les rayons. Si le soleil permet de fabriquer de la Vitamine D; à haute dose, il devient cancérigène. Il y a donc certaines choses à faire et d’autres à éviter.. -On ne s’expose pas entre 11h et 16h. C’est LA période de la journée qu’il faut éviter. -S’habiller avec des vêtements, anti-uv serait un plus. -Porter casquette / chapeau et lunettes de soleil dont l’indice sera adéquat à la situation (voiture/mer/montagne..) -Prévoir une protection solaire à indice élevé et à appliquer régulièrement.

Ne pas s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes de la journée, c’est envisageable.. Puisqu’une grosse partie a lieu durant la sacro-sainte sieste! Quoiqu’on n’a parfois pas le choix selon l’activité pratiquée, le travail à effectuer..etc.. Notez que les jeunes enfants de moins de 3 ans n’ont pas de défense efficace contre les UV, aussi, si l’on ne peut faire autrement, veillez à bien les protéger. 

Pourquoi pas en les habillant de vêtements amples et clairs? Si les vêtements de ville avec protection anti-uv sont encore discrets, les maillots et autres combinaisons se démocratisent. On trouvera des créations françaises et des experts ou sur les boutiques du net et dans cette enseigne qui vous permet d’être à fond la forme….  En tout cas, ne pas négliger les grands classiques que sont les couvre-chefs! Chapeaux de paille, casquettes, bonnets ou bobs… Passez par ici et là pour en savoir plus sur “comment choisir son chapeau”..  Cela dit, si vous êtes plutôt chapeau chiffonné glissé dans le sac au cas où.. ça marche aussi.. L’essentiel étant que vous l’ayiez avec vous.. Tout comme les lunettes de soleil, qui ne sont pas QUE des accessoires de mode.. Les yeux des enfants, par exemple, sont très sensibles, et ont besoin d’un filtre efficace. Suivez donc quelques critères indispensables et fuyez les lunettes de pacotilles! Selon l’endroit où vous irez, vous n’en aurez pas le même usage et vérifiez notamment si vous pourrez conduire avec, en consultant la classification européenne.

Mais le débat est ailleurs… Ce sont les crèmes solaires qui posent des questions philosophiques, écologiques, économiques… Bref.. Des discussions sans fin.. Ce qu’il faut retenir:  Les crèmes solaires classiques, c’est pô bien pour plusieurs raisons: 1- En passant de votre peau à la surface de l’eau, elles empêchent les UV de traverser l’eau et provoquent le blanchiment puis la mort des coraux et donc la destruction de la vie marine. 2- Mettre sur votre peau des filtres chimiques ne garantit pas que vous ne bronziez pas, et il n’est pas implicite que ces composants soient “bons” pour la peau

Les crèmes solaires avec filtres minéraux, seraient mieux: 1- A condition qu’il n’y ait pas de nano particules et de bannir l’aluminium.. Il est dit parfois d’éviter les sprays.. 2- C’est encore mieux si elle est française et dans un récipient recyclable..

Saviez vous que certains endroits dans le monde ont ou vont interdire les crèmes solaires chimiques, comme Hawaii, Les Palaos, Key West, Miami?  Finalement, que l’on soit un peu sensible aux questions environnementales, ou juste préoccupé de ce que l’on applique sur notre peau, on ne peut pas passer à côté de ce dilemme.. Les tests de UFC Que choisir provoquent des débats.. et des journalistes comme Julien Venesson parlent d’inefficacité démontrée scientifiquement..

Peut-être pourrions nous en conclure que comme tout dans la vie, pratiquer l’excès ne réussit à personne… Et si le soleil donne la même couleur aux gens, autant éviter les brûlures d’une exposition trop prolongée..

Qu’est ce que tu fais pour les vacances?

Et voilà! Ils sont en vacances.. et vous, non… Et comme tout parent qui se respecte, vous avez organisé leur été avec minutie.. Jonglant entre les désirs des uns, les places chez les autres, et votre porte monnaie..

Pour le mois de juillet, il y aura 10 jours chez grand-papa à Rheinau, 15 chez Moma près de Yverdon-Les-Bains, 3 jours à la maison avec centre aéré pour le plus jeune et glandage TV pour l’ado. Et ensuite, 3 semaines de camping pour tout le monde à Mimizan; en rentrant, vous déposerez les enfants chez papili et mamidou à St Symphorien pour les derniers jours… Ouf! En 2 mois, et comme chaque année, La France sera traversée en long et en large, les grands-parents seront heureux d’accueillir la marmaille tout en râlant après ses semblables pour des valises pas faites ou du linge pas sec et vous, vous aurez quelques temps de solitude parentale et peut être quelques moments amoureux..

A moins que… A moins que vous n’ayez pas le courage de vous défaire de la prunelle de vos yeux… que vous ne redoutiez de laisser ces chères petites têtes blondes se gaver de bonbons et de glaces, perdre tout sens du jour et de la nuit, oublier l’heure des repas. Parce que vous le savez.. A leur retour, c’est toute leur éducation que vous devrez refaire. Re-partir de Zero.. TOUT aura été oublié!!!

Quand on pense aux séances interminables de devoirs de vacances que papa vous imposait! Tous les matins!… Et maman qui voulait visiter tous les musées et toutes les églises du patelin où vous échouiez. Quant à Papili et Mamidou, c’est simple, c’était colo tout l’été, ce sera dans le même esprit cette année vu que les enfants seront livrés à eux-même! Vous pensez à ce que seront les premiers jours de septembre, une guéguerre incessante pour ramener de l’ordre et un rythme dans la famille tout en entamant la course de la rentrée: reprise des cours, achats des fournitures scolaires, achats de nouveaux vêtements puisque tout le monde aura grandi/grossi durant l’été, prise des rendez-vous médicaux, début des activités extra-scolaires et dédoublage impossible pour déposer/récupérer tout le monde… Crise de nerf.. Chocolat noir.. 70%..

Vous auriez peut-être du regarder de plus près le flyer de votre CE qui proposait un voyage au CANADA pour l’ado… et celui sur la ferme pédagogique en Ardèche… Oui.. Mais ça ne durera pas 2 mois et le prix.. Fallait-il vraiment vendre un rein pour esquiver les obligations familiales de l’été? Même en passant par le CE, cela reste une dépense, plus importante que de les envoyer chez les grands-parents..  Et s’ils allaient au centre aéré tout l’été? Ils rencontreraient de nouvelles personnes, y feraient différentes activités: piscine/zoo et tutti quanti.., … Hum..! Chez les plus jeunes, aux dernières vacances, ils avaient collé les enfants devant la télé parce qu’ils étaient trop pénibles… S’ils le font sur de courtes périodes comme les vacances de printemps, que feront-ils durant ces 2 mois??

Seriez vous à court d’alternatives? Vous n’allez tout de même pas paniquer au point de chercher une jeune fille au pair ou des places de dernières minutes dans une colonie à Trifouillis-les-oies?? Tout ira bien! C’est normal d’avoir du mal à passer le relais de temps en temps.. Il y a quelque chose de complexe dans la relation parent/enfant qui fait qu’à un instant T, vous donneriez tout pour pouvoir retrouver votre vie d’avant, celle où vous ne deviez vous préoccuper que de vous et l’instant d’après, vous vous sentez perdu.e sans eux.. Presque incomplet.e.

Si l’on ajoute à cela les relations avec les grands-parents qui sont tout aussi complexes: des parents qui ne le sont plus vraiment ou qui sont un peu plus que ça, des enfants qui ont grandis et sont devenus parents d’enfants qui n’ont aucune idée de ce qui se joue mais portent en eux une  histoire familiale..  Une époque qui change… Une éducation différente pour tous.. Ce serait trop simple que tout le monde garde en tête ces données, communique facilement et respecte les besoins de chacun…

Il y aura des moments de joie et d’autres un peu plus mélancoliques, c’est ça aussi l’enfance! Votre foyer restera toujours le port d’attache de vos enfants et c’est bien aussi qu’ils aillent expérimenter ailleurs. Si besoin, la menthe du jardin vous aidera sans doute à vous détendre si elle est accompagnée d’un jus de citron vert… entre autre…