Archives de l’auteur : bullesdegom

A propos bullesdegom

starter

Et l’école à la maison, si on en parlait?

Certains diront que c’est une mode, d’autres diront qu’il s’agit d’échapper à un système à broyer des enfants… Que ceux-ci deviendront asociaux ou incultes, voire que cela profite à l’islamisation radicale… Comme pour tout, on peut faire des raccourcis, des jugements inutiles..Mais en vrai, est ce que ce ne serait pas pour s’approcher au plus près de valeurs qu’une famille peut vouloir défendre? Ce n’est même pas une question de moyens financiers.. et c’est sans doute une manière de vivre, une façon d’appréhender la vie!

La vérité est que nous sommes beaucoup de parents à subir un système qui se modifie au gré des mesures politiques et trop peu à réfléchir aux bienfaits et aux méfaits du système scolaire actuel, à se sentir de taille pour une éducation personnalisée, à l’écoute et suffisamment complète pour “armer” nous-mêmes nos enfants à la vie d’adulte…

Ce qui est certain, c’est qu’à l’ère d’internet (*voir en fin d’article), pour peu qu’on soit organisés et qu’on ait du temps, il est facile de trouver matière pour occuper les enfants en leur faisant apprendre quelque chose. Il y a probablement autant de manières de faire l’école à la maison que de familles qui la pratiquent.. Le Homeschooling, le Unschooling, les cours par correspondances…Mais leur but est toujours le même: permettre aux enfants de s’épanouir et d’apprendre à leur rythme. Évidemment, les valeurs des uns ne sont pas les valeurs des autres.. il en va de même pour les peurs (peur du harcèlement, peur du jour de la rentrée, peur du prof/instit incompétent ou impuissant..)

Et cela en partant du postulat que les parents agissent dans l’intérêt des enfants et non pour se soustraire, eux, à une administration qu’ils haïssent. 

Les nouvelles directives annoncent plus de contrôles surprises et plus de contrôles médicaux pour ces enfants qui “échappent” à l’oeil “scrutateur mais bienveillant” de l’école républicaine… Ainsi les familles cherchant à s’extraire d’un système qui ne leur correspond pas, vont devoir tout de même se conformer à des obligations pour être au plus près de cette école de la confiance. On pourrait se demander quel avenir pour notre école, notre société… On pourrait s’inquiéter de ce futur pour nos enfants… On pourrait, comme d’autres, signifier au ministre une désobéissance calme et tranquille. Le sujet est vaste et il faudrait plus d’une page de blog.

Quelque part, il faut mettre dans la balance les peurs, les attentes, les envies avec la réalité. Savoir, avec franchise, ce que l’on serait en mesure de proposer à nos enfants si nous décidions de les “dé-scolariser” et ce qu’ils trouveraient à l’école s’ils y allaient. Et puis, s’informer.. Faire des recherches.. Recueillir des témoignages.. Comprendre que s’il n’y a pas école, ce n’est pas non plus pour se la couler douce!

Cela dit, choisir l’école, ce n’est pas une tare.. Il faut de tout pour faire un monde: des écoles où les enfants, voire les parents, ne seront pas entendus et d’autres où les maîtres.ses et directrices/directeurs sauront écouter tout en faisant la part des choses. Comme partout, les personnes gonflées d’auto-suffisance, et donc souvent de mépris, ne se remettront jamais en question. C’est utopique de penser que tout ce petit monde du scolaire pourrait se donner la main, et s’entraider en montrant les méthodes/solutions trouvées.. Utopique peut-être, pourtant de nombreux instits/profs tiennent des blogs, des pages (Activité chronophage et ingrate s’il en est..) pour proposer des supports et des idées.. En tout cas, si finalement l’école est la solution retenue, mais que cela vous laisse un petit arrière goût amer, vous pouvez toujours choisir le co-schooling.. Sans faire une 2e journée d’école à votre enfant, il s’agit simplement de proposer tous les jours des activités courtes sur un thème (souvent choisi avec l’enfant) qui lui permette d’assouvir sa curiosité naturelle…

L’autre jour, à la TV, ils parlaient des enfants handicapés sans classe. Une petite fille expliquait qu’elle avait appris à son frère à compter jusque 30 et qu’il n’était jamais allé à l’école. Un papa racontait combien cela pouvait détruire des familles, combien c’était dur au quotidien. Une  question m’est donc venue: comment font toutes ces familles qui, faute de place, doivent garder leurs enfants à la maison? Quelles ressources ont-elles pour ne pas laisser leurs enfants dans l’ignorance la plus complète? L’école à la maison n’est alors plus un choix mais une obligation. Choisir est donc un luxe pour eux. Terrible.

Voici “quelques” liens, trouvés après quelques recherches sur Qwant, Google, FB, Pinterest..:

Écoute et Regarde -4

Quelle nouvelle! JJG est sur les web players! Résistant ou passéiste.. En tout cas, il a changé d’avis et ça cartonne! Goldman, c’est pas juste les enfoirés, les “je te donne” ou “je marche seul”… Nan.. Goldman, c’est aussi la fin des années 70, le début des 80.. Avec des chansons à texte ou une rythmique qui vous restent dans la tête! La discographie de Jean-Jacques.. Tout le monde croit la connaître.. Mais la vérité, c’est qu’il est toujours possible de la (re)découvrir selon un instant T dans notre propre vie.. d’y mettre notre pathos selon le vécu du moment.. Ou d’en comprendre le sens, enfin…

Bon, si on s’arrête aux “Génération Goldman”, y’a de quoi critiquer et envoyer aux orties cet artiste qu’on entend déjà tout le temps sur les ondes…et avec les mêmes chansons… Alors, évidemment, on aime ou on aime pas.. Mais allez quand même jeter un coup d’œil sur les spotify et autres deezer, dénichez un de ses vieux albums, et écoutez le.. un peu.. ou beaucoup.. Vous verrez que Goldman, c’est plus qu’un marseillais parti vivre en Angleterre, et un peu mieux que le faiseur de tubes pour chanteuses et chanteurs en mal d’inspiration ou de popularité..

Ce qui est bien avec internet, c’est qu’on peut retrouver toutes sortes de musiques.. Dont celles de nos séries préférées ou des films qui nous restent en tête… Cela les rend accessibles instantanément pour peut-être nous donner envie de les revoir.. sans oublier d’aller découvrir de nouvelles images sur la toile… Cette semaine, au cinéma, il y a du drôle, du moins-drôle.. des histoires de famille, de femmes.. et un “dessin animé” qui raconte un après-guerre terrible et pas si lointain..
Septembre a ce quelque chose de tragique ou tout du moins de sérieux. Une saison légère, celle où tout est possible, n’en finit pas de se terminer pour laisser la place à la mélancolie dans une langueur orangée-rouge. Dans les librairies, fleurissent des agendas, boites à outils et autres organiseurs de vie; des romans sérieux aux couvertures classiques et aux titres classieux.. A-t-on vraiment le temps de lire en septembre? En a-t-on le goût, plutôt que de rêvasser aux vacances terminées il y a peu? La rentrée littéraire vous inspire-t-elle? On parlera du décès de Tony Morrison par ici, des derniers  Nothomb et Darrieusecq par là et vous vous demanderez si Mazarine Pingeot a écrit une fiction ou une réalité vécue par sa nièce.. Ou peut-être finirez vous par lire une “vieillerie” de la rentrée 2018 mi-fiction/mi-réalité écrite par Baptiste Beaulieu: Toutes les histoires d’amour du monde.

Rentrée 2019-2020

Qu’on n’en puisse plus ou qu’on n’en ait pas envie, cette semaine, c’est la rentrée pour tous les enfants de France qui ont l’âge d’aller à l’école et qui ne pratiquent pas le homeschooling (comprendre la classe à la maison). Il est probable que les plus petits aient commencé la crèche et autres gardes de la petite enfance depuis quelques jours, alors pour eux.. ce n’est que la juste suite de ce qu’ils ont déjà expérimenté la semaine dernière…

Voilà nos amours qui reprennent leurs activités d’enfants; sur les bancs de l’école ou à la récré, ils vivent sans nous des expériences de tous genres.. Nous ne pourrons qu’écouter les bribes d’anecdotes qu’ils voudront bien nous raconter et essayer de traduire les baragouinages des plus jeunes..

Il y aura sans doute eu un peu de stress, quelques larmes, des sauts d’excitations, des câlins un peu plus longs, des bisous volés.. la rétrospective mentale des années passées face à nos bambins qu’on aura pas vu grandir…  De toute façon, les jours sont longs mais les années passent vite.. et c’est encore plus vrai en été..

Alors.. 

Vous vous êtes préparés! Vous avez fait vos courses de rentrée en avance.. (même si pas autant que les grands magasins qui, eux, sont prêts depuis août) Vous avez négocié pour garder une année de plus le cartable vieillissant contre l’achat d’un sweat zippé trop cooooool (lire avec le ton siou-plaît!). Vous avez encore une fois hésité à faire une commande sur les sites d’étiquettes , avez finalement opté pour l’inscription au bic dans un coin de chaque vêtement.. Mais avez craqué pour les jolies gourdes et des packs gouters qui seront plus pratiques et un peu plus écolos.. Et puis, évidemment un tour sur le Luniistore pour acheter les dernières histoires en date sur la rentrée scolaire… Leurs habits et sacs ont tous été préparés hier soir, choisis avec eux.. Tout le monde a dîné assez tôt pour qu’ensuite ils aient le temps de jouer tranquillement avant de se brosser les dents, se mettre en pyjama, choisir les livres, écouter l’histoire de papa, puis la boîte à histoires.. un dernier câlin de maman.. et hop! à 21h, extinction des feux!

La bonne blague…!  ça, c’est ce que vous aviez prévu, rêvé… Mais en vrai.. la dernière semaine de vacances des enfants a été un peu chaotique.. le retour des rituels pas vraiment suivis.. les négociations pour glaces, bonbons et autres dessins animés quasi permanentes… Valises défaites.. ou pas vraiment.. ou un peu.. Maison dans son jus..

Il est temps de revenir à la vraie vie.. et à son quotidien qui, à cet instant, semble rassurant et un brin moins fatigant… Vous irez sur le net trouver des fournitures bradées; chez decathlon, vous exhumerez les derniers modèles assez robustes pour survivre au mois de septembre, les habits des uns iront aux autres.. et..

… ce sera très bien comme ça…
Parce que.. Tout ira bien. Si, si.. C’est sûr.. Tout ira bien. Vous avez équipé vos enfants avec le strict nécessaire: l’Amour.. Le reste, c’est surfait.. Le reste.. c’est du bonus..

Alors, ça ira.. Que vous les ayez déposé ce matin tranquillement ou à la va-vite.. Avec un bisou sur la joue ou dessiné sur la main.. Que vous les ayez pris en photo avant de partir, ou glissé une photo de famille dans leurs sacs.. Vos enfants savent que quoiqu’il leur arrive aujourd’hui et par la suite, vous serez là, pas loin, toujours un peu sur le qui-vive, pour les défendre ou les accueillir. En tout cas, pour les aimer et les accompagner..

Undercover, une histoire vraiment vraie

A mon grand regret, il a fallu arrêter d’écrire fin juillet et août..  Il était impossible de tout gérer de front..

L’écriture blog et Fb, la vie perso, Pôle Emploi qui veut absolument faire de moi une secrétaire-hôtesse d’accueil-informaticienne et cette fameuse mission hyper-ultra importante qu’il fallait mener dans le parfait anonymat.. garantissant une réussite teintée de galère parfaitement normale..

Durant le mois de Septembre, une journée par semaine, je raconterai comment et pourquoi j’en suis arrivée là… Je tenterai de vous tenir en haleine pour savoir si la fin de cette mission, si fin il y a, fut positive ou négative…

Haaave you met…Lucile Gomez

Lucile est dessinatrice et Méphistofelix, son chat.. un petit diablotin félin à la fois ironique, franc, et peut être un peu jaloux..

Ces illustrations pleines d’humour et de tendresse se regardent sur Fb, Instagram, dans des magazines comme Phosphore ou sur ses sites… Ainsi que dans la lettre 6 envoyée à eux qui s’inscrivent tous les 6 du mois à 06h06, 6 observations à lire en 6 minutes..

Les thèmes abordés sont plutôt variés: de l’adolescence à la parentalité, de la vie de tous les jours à la vie de couple, les copines et le chat..

Bref, il y en a pour tout le monde.. surtout que sa plume intelligente est légère… même pour les sujets sensibles comme le rapport au corps.. et toujours quelque part, on parle d’amour.. de soi.. de l’autre.. de l’enfant.. du chat.

Jouons un peu…

C’est pas parce qu’on est adultes qu’on n’a plus le droit de s’amuser à la plage (à la montagne, à la campagne)… Et c’est pas parce que nos enfants sont des enfants qu’ils connaîtront tout les jeux (et les règles) du monde entier.. Alors, oui, ces derniers temps, on nous explique que c’est bien de les laisser s’ennuyer.. Qu’à trop les solliciter, ils sont soumis à trop d’excitations et n’apprennent pas à se retrouver.. Ok..! Cela dit… Partager avec eux quelques temps de jeux, où vous vous consacrerez rien qu’à eux permettra de remplir leur réservoir affectif. Donc… Voila quelques sites qui donnent des idées de jeux en plein air… (oui, parce que l’été, on vit dehors, non?..)

L’excellent site de Momes.net recense pas mal d’activités à la fois simples et classiques.. qui d’ailleurs peuvent aussi servir aux fêtes d’anniversaires.. Jeux et compagnies propose une douzaine de jeux “géants” et va même jusqu’à lister toutes les activités possibles à la plage. Si jamais la famille se réunit et qu’alors le nombre d’enfants dépasse l’entendement, surtout, n’hésitez pas à piquer des idées sur des sites comme jesuisanimateur.fr. Et si l’accès au wifi est inexistant dans le petit coin perdu où vous vous ressourcez, courrez chez votre marchand de journaux et achetez le magazine La Tribu des Idées dont le dernier numéro contient plusieurs idées pour occuper l’été..

Avant de partir, assurez vous que vous aurez tout le matériel nécessaire: pour le sport, vous irez probablement vous fournir par ici, et là pour les jeux un peu différents (rétros ou découverte..) mais pour le reste? Vous savez ces petits jouets en plastiques qui se cassent à la première utilisation et que vous achetez une fortune à la dernière minute chez le Super du coin… Oui parce que bon, la pelle qui casse dès le premier château de sable.. Hum.. Rapport qualité-prix, ça fait cher la contrariété et le gamin en pleurs… Bon.. Sans parler du fait qu’on parle d’un plastique pas très éthique, ni écolo.. Bref.. En fait, il existe une multitude de marques responsables, vendues souvent sur le net grâce à des boutiques comme berceaumagique, Jeujouethique, brindilles, ou encore maman-naturelle et entre autre petitzebre. Bien sûr, vous trouverez des sites qui vendront les éternels accessoires à une sortie plage réussie à un prix acceptable et il se pourrait même que ces pelles et ces râteaux puissent durer dans le temps… Comme pour tout, tout dépend du budget, du délai de livraison et de la qualité du produit..

Ubuntu

“Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous”

Cet homme a pour lui seul une Journée Internationale! Incroyable, Non? C’est comme avoir un prix Nobel, qu’il a eu aussi.. en mieux.. Depuis le 18 juillet 2010, chaque citoyen du monde est invité à consacrer 67 minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en hommage aux 67 années que Mandela a consacré pour l’égalité, la justice sociale, la réconciliation et la diversité culturelle.

Nelson Mandela a combattu l’apartheid en Afrique du Sud avant de devenir président de la République de son pays après les premières élections nationales non ségrégationnistes. Il a été l’un des dirigeants historiques de cette lutte non violente pour ensuite fonder la branche armée chargée du sabotage systématique des installations publiques et militaires. Pour toutes ses actions, il sera emprisonné presque 27 ans avant de recevoir le Prix Nobel de la paix en 1993. Élu président de la République d’Afrique du Sud en 1994 jusque 1999, il se consacre ensuite à la défense des droits de l’homme au travers d’associations luttant contre la pauvreté ou le sida.

Qu’est ce qui pousse un humain à se transcender et à lutter pour une cause juste? Un jour, quelque part, quelqu’un trouve la force de se lever et d’œuvrer pour améliorer le Monde. Bien sûr, cette femme ou cet homme aura ses défauts, ses contradictions. Il n’est pas nécessaire d’être parfait.e pour devenir une héroïne / un héros. Et tout le monde n’est pas obligé de l’idolâtrer comme un.e sauveur.se. Tout le monde n’aura pas sa force, ni ses faiblesses. Et peut-être que personne ne le comprendra complètement. Avait on vraiment besoin d’une journée Mandela pour se souvenir? Il suffit d’entendre Johnny Clegg et nous savons.. Non?

Non. Il faut se souvenir des héros; quels qu’ils soient. Parce qu’au bout du compte, ils finissent toujours par mourir.. Les souvenirs s’estompent, les témoignages se font rares. Certes, les musées, les monuments restent, mais.. En fin de compte, le peuple oublie. Oui, l’oubli est facile quand les générations passent et qu’elles n’ont pas connu la peur, la violence et les cris. Tout peut être remis en cause quand les témoins directs, quand les acteurs des événements disparaissent. Soudain, les crimes, les mensonges, les actes délictueux ne sont plus si graves, ne sont plus si terribles. L’abominable, s’il n’en devient pas acceptable, n’est plus haïssable. On s’endort, fort d’une certaine idée du passé, pensant qu’un retour en arrière est impossible, l’évolution naturelle ne le permettrait pas. Sauf qu’on oublie.. Pour que ce soit plus facile à vivre.. Parce que pour ce soit imprimé dans sa chair, il faut que cela soit vécu. C’est terrible de dire ça.. Et pourtant.. Ce qui n’est pas proche de vous, vous touche moins.. C’est un fait. Le monde moderne anesthésie les douleurs et les tristesses des plus riches à coup de médias 24/24-7/7, en les divertissant pour qu’ils regardent ailleurs ou en leur faisant peur.. Et les plus pauvres, en les assommant d’injustices, de malheurs et de divertissements absurdes. Ceux qui osent se rebeller et chercher ailleurs un peu de bonheur échouent face contre terre, le cœur gorgé d’eau, sur des rives étrangères ou familières..

On pensera ce qu’on voudra:
Que les Journées Internationales sont inutiles et que personne ne donnera 67 minutes de sa journée, 1 fois par an, pour un homme mort qui a voué sa vie à réconcilier un peuple. Que nous sommes plus évolués qu’au siècle dernier, comme on pourra toujours imaginer qu’un parti politique d’extrêmes n’arrivera jamais au pouvoir et ne cherchera pas à exterminer d’autres peuples, encore. On pourra toujours se donner bonne conscience en se disant que d’autres osent à notre place.. Se dire que ce n’est pas notre faute, que nous n’avons pas le pouvoir de décision, que nous n’y pouvons rien car pas assez puissants.

Alors, heureusement que cette journée est là pour nous rappeler que TOUT est possible. La vie de cet homme en est la preuve: il a initié, avec d’autres, le changement.. l’histoire d’un pays tout entier…

Écoute et Regarde -3

Quand vous en aurez marre d’écouter le même album de comptines, et que vous n’aurez pas envie que vos enfants chantent le dernier Soprano, alors vous serez heureux de pouvoir explorer le monde des radios enfantines.. Certaines sont plutôt classiques, comme Radio Pomme d’api ou Radio Ouistiti, elles ont souvent une appli mobile, comme Radio Barbouillots, d’autres font clairement dans le 80’s revival à l’image de Superloustic et les dernières essayent d’être les plus complètes possible en proposant plusieurs choix. Elles proposent toutes une programmation adaptée aux journées de vos enfants et il ne vous sera pas impossible de les laisser mettre l’ambiance à la maison. Quelques unes diffusent même des histoires lues par des célébrités ou des inconnus, parfois venues d’autres cultures. Finalement, c’est une bonne occasion de permettre à vos bambins de se forger une solide culture musicale qui ira au-delà de vos propres goûts musicaux sans que cela ne vous coûte une fortune.

Cet été, vous allez pouvoir faire connaître à vos enfants une histoire que vous n’avez pas pu manquer plus jeune: Le Roi Lion… C’est la mode ces derniers temps de revisiter sous forme de films les dessins animés de notre enfance.. La plupart du temps, et cela semble être le cas ici, ils essaient de rester fidèles à l’original. Beaucoup de films féminins cette semaine sont à l’affiche: Her Smell, Wild Rose, Le voyage de Marta, 100kg d’étoiles, le coup du siècle, Te Ata… Pour ne citer qu’eux.. Le reste des films présentés ne seront pas opposés à ceux-là comme étant masculins.. Yuli fait plutôt figure de biographie, Roads de film initiatique, Persona non grata comme un bon polar, L’oeuvre sans auteur est une sorte de fresque historique… Les premiers approfondissent la notion de féminité: en mettant en scène des femmes face à leurs contradictions, à la nécessité de faire des choix (femme, mère, artiste), à la découverte d’un autre monde que celui dans lequel on veut les confiner, à la possibilité de poursuivre des rêves… Tout en abordant en filigrane la question de l’amour de soi, d’être à soi.. Que les femmes sont les premières à avoir tendance à mettre de côté..

Et puis parce qu’il faudra bien se poser sur une chaise longue, une serviette de plage ou un confortable fauteuil, vous pourriez vous plonger dans ce premier roman si actuel: Après la fête de Lola Nicolle. Dans le Paris d’aujourd’hui, comment passer de l’adolescence à l’âge adulte et faire face à la réalité du monde..Et si le coeur vous en dit, jetez un coup d’oeil à Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon..

On va au Parc ?!

Qu’on soit parents solo ou duo.. Que le soleil soit de la partie ou que la pluie nous pourrisse la vie.. On a tous galéré à occuper nos enfants à un moment ou à un autre… Que ce soit en vacances ou à la maison, qu’ils aient un écart d’âge important ou non, qu’ils soient du genre calme ou agités du bocal… Un jour, on a tous soufflé en se demandant ce qu’on allait bien pouvoir leur faire faire… Peut-être que vous avez écumés tous les parcs de votre ville.. Ou alors vous venez d’emménager… Ou êtes seulement de passage.. En tout cas, voici un petit coup de pouce:

Sur ce site participatif, vous trouverez les parcs que “des parents comme vous” auront signalés sur la carte… Vous pourrez consulter les avis, laisser le vôtre… il y a même une page FB avec quelques événements signalés.. Il existe également des sites qui référencent les aires de jeux et autres parcs.. Il n’est pas certain du tout qu’ils soient complets mais leurs cartes étant facilement consultables, vous pourrez compiler leurs données.. Sur ce site, il suffit de cliquer sur la carte de France pour obtenir le nom de toutes les structures existantes, gratuites ou payantes, classées par villes. Le numéro de téléphone peut être obtenu en appelant un numéro surtaxé mais vous n’en aurez probablement pas l’utilité. Il existe toute sortes d’annuaires ou vous pourrez consulter des avis ou laisser le vôtre sur les parcs payants. Pour ceux qui auront besoin de se mettre au vert, Wikipédia a une liste de tous les parcs et jardins publiques de France, mais les jeux seront probablement en option… Enfin, il existe 2 applications mobiles: l’une est italienne comme son nom ne l’indique pas: Playground around the corner et la deuxième a été créée par 2 mamans américaines Playground buddy. Cerise sur le gâteau! Momes.net met à disposition un listing des aires d’autoroutes avec jeux… Parce qu’on a toujours besoin de sortir la carte “Aires de jeux” de sa poche…

Aaah les parcs municipaux et leurs aires de jeux… un vrai sujet… Il faudrait avoir le temps de contacter les mairies pour leur dire: “S’il vous plaît.. Ne plantez pas juste à un endroit quelconque un toboggan et une balançoire… Essayez de réfléchir aux matériaux, et à l’agencement…” Qui ne connaît pas cette aire de jeux impraticable parce qu’en plein soleil? Bien sûr, on veut occuper nos enfants mais attendre aux urgences parce qu’ils se sont brûlés les fesses n’est pas l’activité estivale dont on raffole… On peut sans doute connaître les finances d’une ville et l’intérêt que portent les élus envers les enfants de leurs administrés en observant l’état et le sol d’une aire de jeux d’un parc municipal: Peu de poubelles, des jeux vieillots ou mal entretenus, vieux bancs décatis et en plein soleil, petits cailloux ou sable au sol= finances en berne et intérêt zéro.. Diversité des jeux, quelques poubelles, bancs ou tables de picnic, et si le revêtement est souple et amortissant, on peut penser que la mairie a envie de prendre soin de ses familles.. et pourquoi pas de ses visiteurs… Si le sol est composé de particules de bois et les jeux innovants, voire intelligents, alors la politique de la ville pourrait être résolument tournée vers la nature..

Il arrive que lors de balades impromptues, on tombe sur des aires où l’on a clairement besoin d’un mode d’emploi pour comprendre comment y jouer.. Comme si, le concepteur, qui bien entendu n’a pas de progénitures, s’était dit: “les enfants sont comme des petits singes.. Ils grimpent partout, feront à peu près n’importe quoi.. Ils trouveront quoi faire..” Sauf que ces enfants ont des parents qui ne tiennent absolument pas à ce qu’ils se foulent la cheville, cassent le poignet, ou pire.. le petit doigt de pied…

Et c’est ainsi qu’il existe un peu partout en France des aires de jeux désertes, brûlant d’accueillir des gamins déchaînés mais qui ne verront rien d’autre que des ados en perdition.. et des rongeurs dans les poubelles..

Journée Mondiale des compétences des Jeunes

La compétence… Ce mot est devenu à la mode dans le monde du travail.. On ne parle plus seulement d’expériences, de savoirs acquis ou de capacités. Il s’agit de savoir “mobiliser dans l’action un certain nombre de savoirs combinés de façon spécifique en fonction du cadre de perception que se construit l’auteur de la situation” Richard Wittorski. Cette journée mondiale vise à aider les jeunes à développer leurs compétences afin d’accélérer leur transition vers le monde du travail. Plusieurs données sont à prendre en compte: l’augmentation de la population et donc du nombre de personne arrivant sur le marché du travail chaque année, la hausse du chômage, les inégalités, la pauvreté.. C’est ainsi que la communauté internationale essaie d’avoir une approche globale de la situation et cherche à développer l’accès à l’éducation et à la formation. Les diplômes ne font pas tout.. Beaucoup de jeunes universitaires sont finalement mal préparés lorsqu’ils recherchent un emploi. L’accès à l’enseignement et à la formation techniques et professionnels (EFTP) est un objectif primordial et fait partie d’un programme de développement durable pour 2030 adopté par les Nations Unies.

La question qui se pose est l’enseignement distribué aujourd’hui en France permet-il de préparer les jeunes à la vie professionnelle? Ces mêmes jeunes ont ils la possibilité de développer leurs talents, leurs aptitudes, peuvent-ils exprimer leurs préférences ou sont-ils obligés de se mouler dans des cases? Les conseillers et les professeurs les prennent-ils dans toute leur individualité, leur spécificité? Ou leur indiquent-ils un chemin, une voie toute tracée par la société? Filière générale, technologique ou professionnelle… quels à priori? Gamin.e.s, on a tous vu un.e conseiller.e d’orientation à l’école, sommes allé au BDI (Bureau de documentation et d’information), avons lu les brochures ONISEP.. Mais ce n’est pas ça qui fait naître une vocation.. Ce qui compte, c’est aussi l’enseignant qu’on a face à soi.. C’est la Vie que l’on observe, les modèles que l’on rencontre, les expériences que l’on accumule. Est ce que l’éducation nationale permet aux jeunes de se confronter à la réalité, à se faire un avis sur un métier? Il n’est pas certain qu’un seul stage d’une semaine soit suffisant. Il n’est pas dit que rester assis à un bureau pendant des heures à écouter un professeur déclamer son cours soit le meilleur chemin pour se connaître.

Arrive-t-on jamais à savoir qui on est vraiment? Ce qu’on est? Ce qu’on vaut? Ce qu’on veut être? Ce qu’on sera? Et puis, dans un pays de traditions judéo-chrétiennes, cela peut-être aussi compliqué de se voir, de s’accepter, de se montrer vraiment tel que l’on est…. Sans s’excuser, sans se flageller.. Être.. à soi.. Assumer ses talents, ses acquis, ses compétences. S’imposer dans un monde qui voudrait peut-être que l’on soit quelqu’un d’autre, que l’on fasse autre chose. Et ne pas se perdre… Ne pas s’oublier.. Dans un monde qui parfois rend sourd et aveugle.. dans un quotidien qui peut devenir abrutissant.. Des contraintes financières qui prennent en otage tout un avenir…

Il existe des Ateliers permettant aux jeunes de s’orienter en toute tranquillité vers un avenir professionnel choisi, en fonction de leurs compétences, de leurs appétences… Il existe aussi des lieux ressources pour les adultes qui auraient endossé d’autres rôles et souhaiteraient se retrouver..

Et puis, comprendre que l’univers professionnel, c’est un tout.. Qu’un parcours peut emprunter quelques détours, et que ce sont les expériences diverses et variées qui permettent d’acquérir et de renforcer ces fameuses compétences… pour finir par atteindre un métier qu’on n’aurait pas imaginé à 15 ans..